Après-match, Hellas Verone 2-0 Naples

« Comme d’habituuuuuude » chantait Claude François, et oui une nouvelle désillusion pour les napolitains, avec à la clé toujours les mêmes constats. Dépitant voir désespérant, quand-est-ce que le Napoli deviendra grand ? 

Tout démarra mal pour les azzurri, dès l’entame du match l’Hellas met une grosse pression aux visiteurs, pressing, intensité, les locaux gagnent tout leurs duels. Le Napoli est dépassé par les événements, la panique s’installe quand Andujar par aux champignons sur une sortie qui sera finalement dégagée en corner par Britos. Mais le ton est donné et ce n’est qu’un début, ce qui devait arriver arriva, sur un super mouvement de Toni, le vieux briscard profite de plusieurs contres favorables pour ouvrir la marque. Le Bentegodi explose et les hommes de Mandorlini n’auront désormais qu’une idée en tête : tous dans la surface et on dégage loin devant. Le Napoli s’est fait piéger mais il reste du temps, Inler et ses copains reprennent le ballon et imposent petit à petit leurs jeu, mais c’est terriblement timide. Sans idée, sans envie et sans réaction d’orgueil le Napoli fait du pousse-ballon. Des passes verticales, en retraits, le tout en marchant on se demande bien comment les partenopei vont trouver la faille avec un Hellas très regroupé dans sa propre surface. Duvan Zapata d’un beau mouvement en pivot puis Mertens de la tête essayeront mais rien à faire le score ne bouge pas à la mi-temps. Au retour des vestiaires l’Hellas aggravera la marque sur un nouveau contre avec encore une fois Toni à la baguette. Le match semble plié tant le Napoli semble amorphe, Benitez s’énerve et semble bien être le seul napolitain à vouloir ramener des points de Vérone. Gabbiadini, Higuain et Callejon rentreront en jeu mais rien n’y changera. Les napolitains sans idée et sans conviction sont en plus malchanceux, sur une superbe frappe de Gabbiadini c’est le montant de Benussi qui repousse la tentative, pas sûr que ça aurait changé quoique ce soit ceci dit. Score final 2-0, défaite méritée, et très mauvaise opération au classement en attendant les résultats de la Roma, de la Lazio et de la Viola.

Le plus inquiétant c’est que la manière préoccupe plus que le résultat, car les faux-pas peuvent arriver à tout le monde, l’ennuie c’est qu’il se répètent encore et toujours pour le Napoli avec les mêmes constats alarmants. Cela donne même l’impression qu’une équipe de serie B pourrait facilement battre Naples avec beaucoup d’envie et en verrouillant derrière. Le manque de réaction pour ne pas dire le manque de couilles est un défaut qui persiste depuis maintenant deux ans et Benitez expérimenté comme il est, n’a toujours pas trouver de remède à ce mal récurant ? Comment le Napoli qui est une équipe qui vise la deuxième place du classement, peut se faire bouger comme une vulgaire équipe de poussins sans expérience dès le début du match ? Où sont les leaders qui rameutent les troupes lorsque le navire tangue ? Pourquoi aucun changement de rythme, aucune initiative personnelle, aucune réaction d’orgueil durant 90 minutes ? Mentalement l’équipe semble fragile comme une pucelle sans défense dans une ruelle étroite un soir d’hiver. Où est l’esprit cynique et compétiteur des grandes équipes que devait nous inculquer Benitez ? Qui sont les réels leaders sur le terrain et où est l’expérience quand on se fait piéger aussi naïvement ?

Aucun impact dans le jeu, aucun dépassement de fonction de la part d’un joueur, une stérilité déprimante dans la possession de balle. Ce constat terrible a déjà été dressé une bonne dizaine de fois (toujours contre des petites équipes), ce n’est donc absolument pas normal qu’au mois de Mars dans la période la plus importante de la saison l’équipe se fasse piéger une fois de plus. Si chacun a ses responsabilités certaines prestations individuelles posent question, David Lopez montre de plus en plus ses limites, a t-il réellement le niveau pour cette équipe ? De Guzman multiplie les mauvais choix, inoffensif dans le jeu lui aussi n’a encore jamais démontrer avoir le niveau d’un titulaire. A noter le nouveau très bon match d’Inler, la seule note positive de la soirée finalement. Ne tombons pas cependant dans le catastrophisme, le Napoli reste dans la course en championnat et est très bien parti en Europa League et en coupe. Mais le véritable mal du Napoli est là, ce sont ces matchs et ces erreurs qui font toute la différence au classement et qui nous privent années après années du scudetto.

Forza Napoli sempre

Publicités

Avant-match Lazio – Napoli

Au menu du jour : une demi-finale aller au stadio Olimpico contre la Lazio de Rome pour des napolitains dans le doute après la défaite turinoise de dimanche. Une place en finale à aller chercher afin de défendre son titre, le Napoli aura fort à faire ce soir avant de recevoir un mois plus tard les laziale.

La furieuse réaction de Benitez à la sortie du match contre le Torino dimanche soir en disait long. Les joues encore plus rouge que d’habitude (oui c’est possible), l’œil noir et froid comme une porte de prison, le technicien espagnol était passablement énervé après cette défaite cruciale pour la suite du championnat. Car oui le Napoli avait l’occasion unique de rejoindre la Roma au classement, mais colle à ses fesses, la Fiorentina et surtout une Lazio de Rome portée par un Felipe Anderson en feu. Cette Lazio justement, deux points seulement séparent les deux formations au classement alors quoi de mieux qu’une demi-finale aller-retour pour une place au soleil en coupe d’Italie ? Cette année en championnat les partenopei avaient su faire le hold-up parfait grâce à l’inévitable Gonzalo Higuain. La saison dernière les deux équipes s’étaient également affrontées en Coppa d’Italia mais cette fois si pour le compte des quarts de finale, une victoire 1-0 on se souvient, but de… Higuain encore une fois. Tout le peuple napolitain croise les doigts pour que son attaquant vedette récidive une fois de plus car les azzurri restent sur une mauvaise série de deux défaites sur les trois derniers matchs de championnat. A l’inverse les biancocelesti cartonnent depuis plusieurs semaines avec régularité, autant dire que ce ne sera pas de tout repos. Pour l’anecdote la dernière victoire napolitaine à l’Olimpico en coupe d’Italie date de 1986, buts de Carnevale et… Maradona, une autre époque.

Les convoqués pour demain soir sont :

Gardiens: Rafael, Andujar, Colombo. Défenseurs: Mesto, Henrique, Britos, Koulibaly, Albiol, Ghoulam, Strinic . Milieux:  Jorginho, Inler, David Lopez, De Guzman, Hamsik,. Attaquants: Gabbiadini, Mertens, Callejon, Duvan.

Stefano Pioli devrait peu changer l’équipe qui n’a fait qu’une bouchée du Sassuolo dimanche dernier. Seul Marchetti et Mauri devraient manquer à l’appel pour cause de pépin physique, le reste c’est du classique pour les hôtes du jour. Basta devrait faire son retour dans le onze de départ et Berisha suppléera Marchetti dans les cages. Le trio offensif des laziale sera à surveiller de très près notamment Felipe Anderson qui est sur une autre planète depuis quelques mois, Mesto est prévenu.

Encore une fois impossible de deviner la composition exacte de Benitez tant le turn-over est permanent, ce qui est sûr en revanche, ce sont les absences de Gargano et Maggio légèrement touchés. Mesto remplacera l’ancien de la Samp sur le côté droit, gros point d’interrogation sur le poste de gardien. Andujar étant « le gardien de la Coppa » mais désormais numéro un il se pourrait donc que ça soit Rafael qui soit appelé. David Lopez étant suspendu dimanche prochain, est pratiquement sûr d’avoir sa place tout comme l’intouchable Higuain, pour le reste ça sera la découverte une fois la composition officielle dévoilée.

L’arbitre de la rencontre sera Antonio Damato, coup d’envoi à 20h45. #ForzaNapoliSempre

Le baromètre du mois. ( Février )

Ciao amis lecteurs ! On se retrouve pour faire le point ensemble sur le mois de Février !

Les résultats du mois :

  • Chievo Verone 1-2 Naples
  • Naples 1-0 Inter Milan
  • Naples 3-1 Udinese
  • Palerme 3-1 Naples
  • Trabzonspor 0-4 Naples
  • Naples 2-0 Sassuolo
  • Naples 1-0 Trabzonspor

( Bilan : 6V, 0N, 1D )

L’équipe confirme donc son très bon début d’année, avec une bonne gestion de tous les tableaux avec une qualification contre l’Inter en coupe d’Italie et une qualification en 1/8e de finale d’Europa League grâce à la correction infligée aux Turques de Trabzonspor. La seule défaite du mois n’était pas contre l’adversaire le plus coriace du mois de février, mais l’attaque Sicilienne a complètement fait prendre l’eau à notre défense qui, malgré ce match, a su montrer un très bon visage ce mois-ci.

LES TOPS

1. Mariano Andújar

Enfin, on l’attendait tous, de l’assurance dans les buts, de la personnalité, et un vrai leader pour sa défense. Mariano Andújar nous a vraiment bluffé lors de ce mois de février en nous dévoilant toute sa palette d’atouts entre les poteaux. Le meilleur exemple, lors de Naples – Sassuolo avec une parade digne des plus grands qui a laissé tous les supporters Napolitains avec une seule question en tête : Pourquoi Benitez n’a t-il pas accordé plus de confiance à l’argentin dès le début de saison ?Capture d’écran 2015-02-23 à 23.15.10

2. Manolo Gabbiadini

Une arrivée tonitruante. C’est peut-être l’adjectif qui correspondrait le mieux aux premiers matchs de l’italien sous nos couleurs. Déjà auteur de 4 buts, Manolo a d’ores et déjà conquis le coeur de tous les tifosi. Efficace, intelligent, et généreux dans son jeu, tout ce qu’on attend d’un joueur prometteur comme lui. Callejón et Mertens devraient vite penser à la concurrence …

df312721b4e5d4a61e28efccb0e025cdaee8d0cc

3. Duván Zapata

Si quelqu’un avait des doutes sur  » comment remplacer Higuain ? « , après ce mois de février plus aucun doute n’est permis. Le colombien a très bien remplacer l’argentin en pointe de l’attaque napolitaine et s’est montré décisif à la moindre occasion que Benitez lui a donné. Un but en Europa League, et un match taille patron contre Sassuolo,  » Dudu  » s’est même offert la meilleure moyenne ( But/min ) du championnat avec 5 buts en 407 minutes ( 1but/81min ).

1417472376312_459793766_72400_immagine_obig

LES FLOPS 

1. Jose Callejón

Coup de mou évident dans le moteur de l’espagnol, plus aussi décisif, voir même  » inutile  » sur certaines phases de jeu, mise à part un très bon match au San Paolo contre Trabzonspor, Jose à passé un mois réellement fantomatique.

586531_heroa

2. Rafel

5 buts en 3 matchs, dur quand votre coéquipier gardien lui n’en encaisse aucun pendant 4 matchs … Le brésilien a confirmé un manque d’expérience évident avant de pouvoir garder un but aussi important que celui du Napoli. Rafael doit encore progresser dans l’ombre avant de pouvoir être titularisé lors de matchs important de Serie A, coupe d’Italie, et d’Europe.

info_1419285931

3. Gokhan Inler

Le temps passe, et le Suisse peine toujours à retrouver son meilleur niveau au milieu de l’équipe Napolitaine, sans être pesant du côté de l’attaque, en défense Gokhan fait même quelques erreurs de marquage qui peuvent vite coûter cher … Même s’il n’a pas fait un mois horrible, c’est une énième mise en garde pour le Suisse.

fft104mm3492018