Mais que devient la génération 96′ Napolitaine ?

Il y a de cela deux saisons, la Primavera Napolitaine rondement menée par les « Classe » 96′ nous faisait rêver. Mais que sont-ils devenus ?

primavera-napoli

Nikita Contini: Dernier rempart de l’équipe, ses talents de gardien ont joué beaucoup dans les bonnes performances de l’équipe. Il a été repris à quelques reprises par Benitez mais n’a jamais su montrer son potentiel pour disposer d’une petite place, même en n°3. Il est prêté cette saison à Spal Ferrare en Lega Pro où il n’a joué que 3 matchs depuis le début de la saison. (Chances de le voir s’imposer au Napoli dans le futur: 20%)

Umberto Scalese: Il n’a jamais vraiment brillé au sein de la Primavera (Notamment dû par le fait qu’il était dans l’ombre de Contini), mais on se souviendra tout de même de son match brillant en Youth League (Champions League des équipes de jeune) face au Real Madrid. Après un passage à Akragas il se retrouve maintenant à Francavilla où il ne joue que peu. (Chances de le voir s’imposer au Napoli dans le futur: 0%)

Sebastiano Luperto: Joyau de la défense, Cannavaro Jr comme on le surnomme, est probablement un des joueurs les plus talentueux de cette fabuleuse génération 96. Régulièrement appelé en sélection Italienne U19&U20, il ne lui manque plus maintenant qu’à s’imposer au Napoli où il est toujours « le cul entre deux chaises » avec l’équipe première et la Primavera. Il possède un talent indéniable que Sarri semble oublier .. Attention à ne pas le laisser partir. (Chances de le voir s’imposer au Napoli dans le futur: 85%)

Armando Anastasio: Latéral gauche souvent sous-estimé mais au combien important dans le schéma défensif de Saurini, il ne comptait pas les efforts et avait le sens du dévouement. Il a su résister au son des sirènes Anglaises, en effet, QPR ainsi que Liverpool voulaient l’acheter la saison dernière. Il est maintenant prêté à Padova en Lega Pro où il tente de se faire sa place. (Chances de le voir s’imposer au Napoli dans le futur: 45%)

Vincenzo Guardiglio: Il était un clone d’Anastasio mais jouait lui sur le côté droit de la défense. Rude avec ses adversaires, véritable chien enragé face au ballon il avait tout pour réussir au Napoli. Malheureusement le club ne lui a pas fait confiance et il se retrouve désormais à Ischia (Lega Pro) et est prêté cette saison à Taranto (Serie D, où il joue régulièrement). (Chances de le voir s’imposer au Napoli dans le futur: 0%)

Igor Lasicki: Il était le compère de Luperto en défense centrale, lui aussi était un joyau, malheureusement moins exploité. Son rôle de conducteur du ballon était essentiel à l’équipe, et son jeu balle au pied en faisait baver plus d’un. Repris régulièrement en équipe d’âge Polonaise, il est prêté cette saison à Maceratese en Lega Pro où il trouve peu à peu sa place. (Chances de le voir s’imposer au Napoli dans le futur: 15%)

Luca Palmiero: Box to box du milieu Napolitain, il était la colonne vertébrale de la composition. Avec son compas dans l’oeil et ses talents de tacleur il était un véritable cauchemar pour ses adversaires. Longtemps considéré comme une pépite, il est maintenant sur le déclin. Prêté cette saison à Paganese (Lega Pro) où il n’a joué que 93 minutes depuis le début de la saison, dur dur. (Chances de le voir s’imposer au Napoli dans le futur: 15%)

Mario Prezioso: Le caractère d’Éric Cantona, le talent de Marco Verratti. Oui nous parlons bien de Mario Prezioso. Chien enragé du milieu, il donnait corps et âme pour l’équipe. Se péter la cheville pour le bien de l’équipe ? Pas grave. Ses efforts dans le milieu ont fait beaucoup de bien à l’équipe et sa combativité n’était plus à prouver. Prezioso est prêté cette saison à Melfi en Lega Pro, il dispose plus d’un rôle de « cireur de banquette » que de titulaire, son temps de jeu reste correct (568 minutes depuis le début de la saison), malheureusement non proportionnel à la hauteur de son talent. (Chances de le voir s’imposer au Napoli dans le futur: 10%)

Felice Gaetano: Son flow incommensurable éclaboussait sur les terrains, et son potentiel offensif aussi. Ses crochets en ont fait des dégâts, tout comme ses dribbles d’un autre monde. Il ne disposait pas toujours d’un poste de titulaire mais était toujours là quand on avait besoin de lui. Prêté cette saison à Torres (Serie D), il s’apprête à quitter définitivement le Napoli pour s’engager avec Taranto, un autre club de Serie D. (Chances de le voir s’imposer au Napoli dans le futur: 0%)

Antonio Romano: Travailleur de l’ombre mais à la fois hargneux, il est l’un des milieux les plus talentueux de cette Primavera Classe 96′. Son talent est perçu par Sarri qui l’a convoqué cette été pour le ritiro à Dimaro où il a pu s’entraîner et disputer des matchs amicaux avec l’équipe Pro où il a démontré son talent. Prêté à Santarcangelo en Lega Pro, il a su s’imposer et a obtenu une place de titulaire au sein de cette équipe. De bonne augure pour la suite. (Chances de le voir s’imposer au Napoli dans le futur: 65%)

Gianluca D’Auria: Cet ailier technique Napolitain, formé à l’Inter, n’a jamais su s’imposer au sein de la Primavera. Son côté hautain, son côté personnel sur le terrain ont eu raison de lui. Il n’a pas non plus hésité à dire qu’il préférait jouer pour l’Inter que pour le Napoli, lui qui est pourtant né dans notre si belle ville. Résultat, il se retrouve maintenant en Francavilla en Serie D où il ne joue que peu. KARMA. (Chances de le voir s’imposer au Napoli dans le futur: 0%)

Alfredo Bifulco: Ailier talentueux du cru 96, il est incontestablement l’un de ceux qui a le mieux tourné. Bonne conduite de balle, vision de jeu parfaite, sens du dévouement; telles sont ses caractéristiques. Il a lui aussi retenu l’attention de Sarri qui l’a convoqué pour le ritiro de Dimaro. Cette saison il est prêté à Rimini où il n’a qu’un rôle de remplaçant mais, heureusement pour lui, il est convoqué régulièrement avec la sélection Italienne U19 ce qui lui donne du temps de jeu qu’il n’a pas en club. (Chances de le voir s’imposer au Napoli dans le futur: 70%)

Gerardo Rubino: Attaquant robuste, il était un véritable buffle sur le terrain n’hésitant pas à bouger les défenseurs adverses pour marquer. Il a l’ADN du buteur ancré en lui, plutôt finisseur, renard des surfaces, qu’attaquant complet. C’est surement ce qui lui a fait défaut. Actuellement en Serie D à Viareggio après un passage raté à Virtus Entella, il se bat pour trouver une place de titulaire. (Chances de le voir s’imposer au Napoli dans le futur: 0%)

Frank Liivak: Le talentueux international U18 Estonien avait le potentiel pour réussir mais la concurrence et son envie de voir « trop grand » ont causé sa perte. Attaquant complet, doué face au but, il était une véritable alternative de Saurini en attaque. Actuellement ? Il se retrouve à Alcobendas, équipe amateur Espagnole. (Chances de le voir s’imposer au Napoli dans le futur: 0%)

Gennaro Tutino: Il est le plus grand talent de cette génération 96′. Il a tout pour lui, le flow, le talent et la popularité auprès des supporters. Il a été, et là personne ne peut contredire, le meilleur joueur de cette Primavera 13/14. Il a porté l’équipe à plusieurs reprises quand elle était au fond du fond, il avait toujours un but somptueux calé dans sa chaussure, toujours prêt à dégainer son pied pour marquer un but dont lui seul à le secret. On pourrait parler de lui pendant des heures. Malheureusement à l’heure actuelle sa carrière ressemble à un véritable champ de bataille ..Prêté la saison dernière à Vincenza, il s’est blessé aux ligaments croisés du genoux après seulement deux semaine au sein du club. Il sera ensuite prêté à Gubbio pour le reste de la saison où il jouera mais ne retrouvera pas le sens du but. Pour cette saison il est prêté en Serie B à l’Avellino (0 minute de jeu en équipe A, et 90 minutes de jeu en Primavera) où il n’est même pas repris en équipe NI en Primavera, la claque. On espère pour lui que le club fera le nécessaire pour le faire prêter ailleurs pour qu’il dispose de plus de temps de jeu. Et ce pour le bien de tous, on veut revoir le disciple de Maradona et Gabbiadini sous son meilleur jour avec le maillot Napolitain. (Chances de le voir s’imposer au Napoli dans le futur: 70%)

 

Atalanta – Napoli: Les notes

Reina 6,5 – Grosse première mi-temps de Don Pepe. Il a sauvé l’équipe, bien endormie, grâce à plusieurs interventions salvatrices. Il ne peut rien sur le but égalisateur de Gomez.

Hysaj 6,5 – Bon match de notre latéral Albanais, sans trop d’éclats ma foi. Il a su prendre le rôle de Callejon, encore une fois à la ramasse, en effectuant des raids sur l’aile droite.

Albiol 6 – Match sans remous pour le bon Raul. On peut peut-être lui reprocher de n’avoir pas été attentif à la passe initiale amenant le but égalisateur.

Koulibaly 6,5 – Il a été présent à plusieurs reprises quand il fallait sauver des ballons chauds. Sans lui, en première période, on encaissait à coup-sûr.

Ghoulam 6 – Match correct de Ghoulam, ses montées en première mi-temps ont amenées un plus à l’équipe qui était à ce moment là au fond du trou.

Allan 6 – Match poussif, comme depuis quelques temps malheureusement, au milieu de terrain pour lui. Il aurait du mieux tenir Gomez sur le but égalisateur. (Remplacé par David Lopez – Non côté.)

Jorginho 6 – Comme son compère Brésilien il n’était pas dans son match. Il s’est même ramassé un carton rouge (Double carton jaune en l’espace de 5 minutes) en fin de match.

Hamsik 7 – Il s’est complètement troué en première mi-temps dans tous les compartiments du jeu. Sa deuxième mi-temps a été plus fructueuse. Un but et une passe décisive. Précisons tout de même qu’il a loupé un pénalty, art dans lequel il est une véritable buse.

Insigne 6,5 – Il a été l’un des seul en forme en première mi-temps. Tel un électron libre, il se baladait partout sur le terrain. Ses incursions et passes ont crées plusieurs possibilités. (Remplacé par Mertens 6 – Il a apporté de la fraîcheur dans un Napoli bien trop faible, bonne montée au jeu.)

Callejon 5,5 – Que dire sur lui … ? Il n’est plus celui qu’il était lors de son arrivée. Il est moins percutant et est de plus en plus nonchalant, plus beaucoup d’efforts, il ne se bat plus sur la totalité des ballons. Il faut trouver une solution .. ET VITE

Higuain 7,5 – Que ferait-on sans lui ? On se le demande bien car c’est à nouveau lui qu débloque la situation et qui au final nous offre les 3 points. Ses deux buts ont été marqué à des moments parfaits. Il prouve encore une fois qu’il est l’un des meilleurs attaquants du monde, si ce n’est le meilleur. (Remplacé par Maggio – Non noté.)

Le roi Hamsik

roi hamsik

Ode à sa majesté Marek, si tout a été dit sur notre site concernant l’histoire et la biographique du slovaque :  Marek Hamsik l’enfant adopté de Naples et sur son repositionnement récent : Marek Hamsik la renaissance, difficile pour nous de ne pas parler de notre capitaine et de lui rendre encore un hommage. Ô Marek, quand il faut parler de toi nous sommes bien forcés de mettre notre objectivité légendaire de côté. Ton début de saison est éblouissant, les mots manquent pour décrire ta classe sur le terrain. Mais tu continues à rayonner hors du terrain, ce qui nous pousse à crier une nouvelle fois notre amour pour toi…

Jeudi dernier Hamsik est allé apporter son soutient à une campagne contre la mafia napolitaine, la vieille il se rendait dans un hôpital pour rendre visite à des enfants malades. Voilà qui vous classe un homme, un grand homme. Et des actes de ce genre Hamsik les multiplie depuis une dizaine d’année toujours dans la discrétion et l’humilité qui le caractérisent. A l’heure où les footballeurs se distinguent par des sex-tapes, des scandales et des trahisons en tout genre, Marekiaro semble un joueur d’un autre temps dans ce milieu où l’arrogance et les égos surdimensionnés règnent en maître. Sans faire de démagogie Hamsik redonne goût au football, par ce qu’il dégage en dehors et sur le terrain. Car ne l’oublions pas, c’est avant tout un joueur de classe mondiale. Son meilleur niveau retrouvé Hamsik illumine par sa classe, son touché de balle, sa vision de jeu, ses ouvertures et ses passes décisives. Les puristes, même adverses, seront bien obligés d’admettre l’élégance du numéro 17 napolitain. Un profil de joueur qui devient de plus en plus rare dans ce football moderne qui privilégie plus l’aspect physique et la vitesse.

Hamsik est une légende vivante, il est déjà l’histoire, s’il fallait une preuve voici quelques statistiques. Totonno Hamsik c’est 9 saisons à mouiller le maillot napolitain, une fidélité constante malgré des offres étrangères alléchantes. Deux coupes d’Italie dont un but mémorable en finale contre la Juve. Il est en passe de battre des records, il affiche actuellement 92 buts au compteur. Seulement quatre joueurs dans l’histoire ont dépassé la barre des 100 buts sous le maillot napolitain : Vojak (103), plus récemment Cavani (104), Sallustro (108) et bien évidement le recordman Diego avec 115 buts. C’est également 375 matchs avec la tunique napolitaine, à deux doigts de dépasser les 396 présences de Moreno Ferrario pour compléter un podium composé de Juliano (505) et Bruscolotti (511). S’il dépassera difficilement les deux napolitains en nombre de match total il est déjà recordman du nombre de présence européenne avec le Napoli avec 54 matchs, devant Christian Maggio (44) et Antonio Juliano (39).

Ô Marek, tu es tout ce qu’il y a de plus beau dans le football, un capitaine exemplaire sur et en dehors du terrain, tu mérites une statue à l’entrée du stade ou que le San Paolo soit renommé San Marek, tu es slovaquo-napolitain, tu es la renaissance de notre club, tu es une page de notre histoire et un symbole de la ville, tu es Naples !

Mais même les plus grands princes meurent et Marek n’échappera hélas pas à la règle. Un jour ou l’autre il devra partir, et rien que l’idée de l’imaginer faire ses adieux au San Paolo nous ferait pleurer. Profitons, profitons donc de tous ces moments passés à voir le Roi Hamsik porter fièrement nos couleurs !

Marek on t’aime, tu es notre idole absolue et nous t’aimerons jusqu’à ce que la mort décide de nous séparer, longue vie à sa majesté Hamsik !

hamsiiiik