Les 5 meilleurs moments de la saison du Napoli

Après une si belle saison, chargée en émotions, l’équipe du Napoli France à décidé de vous concocter le « Top 5 des meilleurs moments » de l’exercice 2015/2016, c’est parti !

5 : 26 SEPTEMBRE 2015 ( 6e journée ), LA JUVENTUS TOMBE AU SAN PAOLO.

Après un début de saison délicat le Napoli reçoit la vieille dame, qui n’est pas au mieux non plus puisqu’elle ne comptait alors qu’une seule victoire en 5 journées de championnat. Mais les napolitains ont un avantage de leur côté, le San Paolo … la fameuse forteresse imprenable. Les tifosi et les joueurs le savent, ce match sera un tournant, le vainqueur se lancera définitivement, le perdant stagnera encore un peu plus … Match haut en couleurs et sous tension, les joueurs vont réaliser une très bonne performance en annihilant complètement les gros noms turinois, c’est un surprenant Mario Lemina qui répondra au duo magique Insigne / Higuain.

 

4 : 20 SEPTEMBRE 2015 ( 4e journée ), PREMIER SIGNE DE VIE DU NAPOLI QUI SE VENGE DE LA LAZIO.

Une défaite, deux matchs nuls. C’est le triste bilan qu’affiche le Napoli lorsqu’il reçoit la Lazio, la même Lazio qui l’a privé de Champions League quelques mois de ça. Les napolitains ont donc deux choses à prouver dans ce match : qu’il faudra bel et bien compter sur eux cette saison, et venger cette fameuse défaite contre la Lazio. Les tifosi attendaient la première victoire de leur équipe, et ils l’auront ce soir là, mais de quelle manière … Le Napoli va littéralement corriger la Lazio ( 5-0 ) avec un jeu proposé qui se révèle enfin, un Higuain revanchard, un sniper nommé Insigne, une surprise du nom d’Allan, bref l’équipe répond présent, et promet de belles choses pour le reste de la saison.

 

3 : 04 OCTOBRE 2015 ( 7e journée ), LE NAPOLI DONNE UNE LEÇON AU MILAN, CHEZ LUI.

Après la victoire sur la Juventus et en plein milieu d’un calendrier compliqué, se présente le test Milan. Un test, car malgré un Milan bien pâle depuis quelques années, aller s’imposer à San Siro reste une vraie difficulté. Le Napoli doit confirmer ses bonnes prestations, mais personne ne s’attendait à ça. C’est Allan qui va lancer les hostilités et confirmer qu’il est une des meilleurs recrues de la saison ( il sera même élu LA meilleur recrue de l’été en Serie A ). Un Insigne magistral le suivra en revenant des vestiaires avec encore une fois le duo Higuain à l’oeuvre, et un coup franc en pleine lucarne des buts de Diego Lopez, l’italien envoie un message : cette année, nous verrons un autre Lorenzo Insigne. En plus du score, c’est l’image qu’on retiendra de ce match, les plus vieux ( ou cultivés ) d’entres nous savent à quelle point l’image des napolitains battant les milanais chez eux est forte ( notamment depuis l’époque de Diego Maradona, et les bannières insultants les napolitains ). Ensuite, c’est le jeu encore une fois qui sera une réelle révélation pour les tifosi, et pour toute la Serie A. Maurizio Sarri fait enfin marcher son Napoli, le jeu qui lui à valu sa réputation à Empoli est en train d’exploser à Naples, c’est bien simple, à partir de la 75e minute les milanais ne feront même plus les efforts, dominés dans tous les compartiments de jeu.

 

2 : 14 MAI 2016 ( 38e journée ) HIGUAIN COMPLÈTEMENT HORS-CONCOURS, ENVOI LE NAPOLI EN CHAMPIONS LEAGUE. 

Un record reste ancré dans le championnat italien, c’est celui du nombre de buts inscrits sur une saison, record de Gunnar Nordahl lors de la saison … 1949/50. Oui oui, vous avez bien lu, le suédois du milan tient le record avec 35 buts, inimaginable de s’en rapprocher dans un championnat où la défense prime, et où les défenseurs ne se comportent pas comme des plots ( on ne vise aucun championnat voisin bien évidemment … ), et pourtant. Les tifosi les plus passionnés ont souvent le dont d’exagérer, ce qui fait leur charme, mais cette fois ce n’est pas le cas, on peut le dire : « ON Y ÉTAIT ! ». Avant ce match, le Gonzalo Higuain fait une saison d’une supériorité insolente, les buteurs sont à la rue face à ses statistiques, l’argentin affiche 33 buts au compteur, mais bien évidemment, tout le monde pense à ce fameux record … Il doit tomber ! On a longtemps cru que ce n’était pas son soir pourtant, le Napoli mène 1-0 à la mi-temps grâce à un but du Capitano Hamsik. La deuxième mi-temps va être historique. L’argentin se déchaine enfin, après un rush solitaire d’Allan, Higuain fini le boulot, il est à un petit but du record. Servi ensuite sur un plateau par Hysaj, il fusille le pauvre gardien de Frosinone à bout portant, il égale le record ! Mais les tifosi en veulent plus, le San Paolo scande « Pipita ! Pipita ! ». Et là … le chef d’oeuvre. Higuain lobe le gardien d’une retournée acrobatique spectaculaire ( sûrement le plus beau but de la saison ) et s’en va célébrer à sa manière si rageuse, LE RECORD EST À LUI ! En plus du record vieux de plus de 60 ans, le Napoli aura su garder la Roma a distance, et retrouve la Champions League.

 

1 : 30 NOVEMBRE 2015 ( 14e journée ) LES NAPOLITAINS RETROUVENT LA TÊTE !

Après avoir refait son retard sur une Inter surprenante en début de saison, le Napoli reçoit les nerazzurri, premiers alors. En cas de victoire, les napolitains prendraient alors la tête du championnat, quelque chose qui n’était pas arrivé depuis bien longtemps … Et ce match va tenir toutes ses promesses, sûrement le match le plus stressant de la saison pour tous les tifosi présents devant leur postes de télés ou dans les curve du San Paolo. Un Gonzalo Higuain, comme dit plus haut, complètement hors-concours cette saison, va donner l’avantage au Napoli avec un but magistral en un peu plus d’une minute après le coup d’envoi. Après s’être retrouver à dix, l’Inter ne capitule pas, et se montre toujours aussi surprenante. Revenu des vestiaires, Gonzalo va nous régaler avec un but dont il a le secret, lancer en profondeur par Albiol, l’argentin va se jouer de Miranda et Murillo comme deux vulgaires défenseurs de Serie C, le break est fait ! … et bien non, puisque quelques minutes plus tard l’Inter va réduire la marque avec un but de Ljalic qui va plonger tout le San Paolo ( sûrement même toute la région de Campanie ) dans une angoisse totale jusqu’au coup de sifflet final. Le Napoli à bout de souffle n’attaque presque plus, et l’Inter trouve un second souffle pour défendre leur première place, c’est alors quasiment une attaque défense. Après une tête de Jovetic sur le poteau, c’est Reina, comme un signe, l’homme qui avait tellement manqué à ce Napoli la saison dernière, qui va sauvé le Napoli sur une tête encore une fois, de Miranda cette fois. L’espagnol s’étend de tout son long et l’envoi sur le poteau, le Napoli est sauvé, le Napoli gagne le match, le Napoli est premier de Serie A, ( et le restera jusqu’à être champion d’hiver ). Une nuit magique, dans la souffrance, ce qui rendra la communion d’après match avec les tifosi encore plus savourante.

Café Mercato #1

Café mercato final

Désormais retrouvez nous chaque dimanche pour le Café Mercato, rendez-vous hebdomadaire où nous vous parlerons mercato autour d’un bon café et des bons croissants chauds du dimanche matin.


Concurrence rude pour Vrsaljko : Le Napoli ne se cache pas au sujet de l’intérêt pour le latéral Croate. Le Napoli avait mis la piste entre parenthèses avec le recrutement d’Hysaj mais depuis la qualification pour la Champions League, le Napoli s’active pour trouver de nouveaux joueurs afin de doubler les postes (Pour prévenir l’accumulation des matchs) et c’est tout normalement que la piste menant à Vrsaljko est revenue au goût du jour. La Rai  a annoncé il y a quelques jours un deal possible (12M nets + 3M en bonus + D.Zapata en prêt) mais l’arrivée de l’Atletico Madrid dans la danse risque de mettre de gros battons dans les roues au Napoli..

155854364-07465bef-799a-4a3f-a893-a074274ae294.jpg

Klaassen, des mois de travail pour rien ? : Davy Klaassen est aussi un de ces joueurs que le Napoli suit depuis un petit temps. Déjà en janvier dernier où l’annonçait comme la « recrue déjà acquisse » que Aurélio De Laurentiis annonçait à qui voulait l’entendre. La qualification pour la Champions League a aussi fait accélérer les choses lors des dernières semaines au point que son agent « aurait » rencontré Cristiano Giuntoli à Rome. Mais les propos du milieu Néerlandais dans la presse locale laissent perplexe, « Le Napoli ? Ce sont des conneries. Je veux rester à l’Ajax pour progresser. ». Que faut-il en déduire ? Une piste qui tombe réellement à l’eau ou démentir pour mieux signer ?

Kloesoe.jpg

Si on veut Vecino il faudra aligner les zéros : Le milieu de la Fiorentina est un des diamants de cette Serie A. Déjà sondé lors des mercatos précédents, l’Uruguayen avait été jugé trop cher (Entre 20 et 25M). Bien connu de Sarri, puisqu’il a évolué sous ses ordres la saison dernière, le transfert de Vecino à Naples aurait pu être une réussite mais malheureusement son prix reste toujours aussi élevé. Surtout depuis sa prolongation de contrat, nouveau contrat où il y a une clause stipulant qu’il peut partir dans un club jouant la Champions League si celui donne un chèque de minimum 23M. Nous voilà prévenus.

matias-vecino2.0.0.jpeg

Lapadula, entre Naples et la Lazio : Auteur d’une saison exceptionnelle en Serie B avec Pescara (27 buts et 11 passes décisives), l’attaquant Italo-Péruvien ne peut qu’intéresser les clubs de l’élite. La Napoli semblait tenir la corde à en croire les dires des médias mais depuis quelques jours la donne a changé puisque la Lazio s’est insérée dans la danse et a proposé une offre qui « aurait » satisfait Pescara ainsi que le joueur. Le Napoli saura t-il riposter pour attirer dans ses rangs la révélation de la saison en Serie B ?

lapadula_pescara_juventus_2015.jpeg

Zielinski sur demande de Sarri : En début de semaine, Sarri et Aurélio De Laurentiis se sont rencontrés à Rome pour discuter des ambitions du club à l’approche de la nouvelle saison ainsi que des projets concernant le mercato. Et le nom de Zielinski aurait été cité lors de cette rencontre. Sarri semble croire en son ancien élève qu’il a coaché la saison dernière. Le joueur semblait tout proche de rejoindre Liverpool à en croire les clichés de lui divulgués sur la avec le maillot des Reds, mais cette piste semble s’être éteinte au fil des jours et le Napoli pourrait en profiter pour prendre tous le monde à court en recrutant le jeune prodige Polonais.

zielinski

Le nouveau Lewandowski ? : Après la saison stratosphérique d’Higuain, le Napoli se prépare à toutes les éventualités en cherchant (déjà) un remplaçant à Pipita en cas de départ de ce dernier. Et d’après Raffaele Auriemma, célèbre journaliste Napolitain, Cristiano Giuntoli aurait déjà sondé Arkadiusz Milik; jaune attaquant Polonais qui a explosé cette saison à l’Ajax avec un total de 24 buts marqués et 12 passes décisives délivrées.

milik39909000.jpg

Un nouveau gardien Brésilien au Napoli ? : L’intérêt du FC Barcelone pour Pepe Reina (Rumeur confirmée par le père du principal intéressé) ainsi que les départs anticipés de Rafael et Gabriel font que le Napoli se cherche un nouveau gardien n°2 (n°1 bis ?), et d’après Sky, le Napoli aurait demandé des informations à la Juventus au sujet de Neto qui est en manque de temps de jeu flagrant cette saison.

LAPR0746.jpg

Voici ce qui conclut le premier numéro de notre hebdo Café Mercato ! #ForzaNapoliSempre

 

 

 

Les notes de la saison 2015/2016

La saison vient de se terminer, et l’heure est au bilan ! Napoli France vous a concocté les notes des joueurs napolitains, le barème étant sur 10 et toutes les compétitions sont prises en compte. C’est l’heure du conseil de classe, au tableau !

Reina (44 matchs joués, 34 buts encaissés)

Reina

 

6

 

 

 

4 sur le terrain, 8 dans les vestiaires. Le retour de Pepe a été quelque peu décevant concernant les performances sportives, on retiendra la déviation sur le poteau contre l’Inter comme unique fait d’arme. Par contre son charisme, son jeu au pied et son importance dans le vestiaires aura indirectement fait gagner beaucoup de point à l’équipe. Et puis son immense amour pour la ville napolitaine, on ne peut qu’approuver.

Rafael (0 match joué)

Rafael

 

non noté

 

 

 

Une année de perdue pour le peintre Rafael, choix bizarre d’avoir refusé plusieurs offres de prêts durant les mercati, son avenir semble désormais loin de la cité partenopea.

Gabriel (4 matchs joués, 5 buts encaissés)

Gabriel

 

non noté

 

 

 

L’ange n’aura prit son envole qu’une seule fois. Une seule en championnat contre l’Udinese soit l’un des pires matchs de la saison. Il sauve les meubles en stoppant un penalty mais est ensuite fautif sur un but en faisant un contrôle de 30 mètres … Sans option d’achat il retournera donc au Milan AC.

Maggio (16 matchs joués, 1 but)

Maggio

 

8

 

 

 

8, en hommage. « Un capitano non c’è più il capitano, il capitaaaaano » à bout de souffle depuis plusieurs saisons celle-ci fu celle qui le poussa définitivement sur le banc avec l’arrivé d’Hysaj. On se souviendra de son but en Europa League. 8, comme le nombre d’années de bon et loyaux services au sein du club, on regrette qu’un hommage ne lui soit pas accordé lors du dernier match …

Hysaj (43 matchs joués, 2 passes décisives)

Hysaj

 

8

 

 

 

La grosse surprise que personne n’attendait ! Alors qu’on ne misait pas un sou sur lui Elseid a passé son temps à martyriser les attaquants de Serie A à seulement 22 ans. Infranchissable, le mur Albanais est monté en puissance tout le long de la saison, progressant à chaque rencontre techniquement et tactiquement, une activité incessante. Des chiffres déjà impressionnants, sa marge de progression est encore énorme, le futur c’est lui.

Albiol (39 matchs joués, 1 but, 3 passes décisives)

Albiol

 

7,5

 

 

 

La tour de contrôle, la force tranquille, l’expérience et le phare de la défense napolitaine. Fini les moon-walk de 45 mètres Raul a retrouvé son niveau d’antan avec une saison absolument parfaite. « Nestalbiol » comme on s’amuse à l’appeler, aura été le véritable organisateur et relanceur de la première ligne napolitaine, on peut hélas craindre un retour dans son Valence natal.

Koulibaly (42 matchs joués, 2 passes décisives)

Koulibaly

 

8,5

 

 

 

Que dire hormis monstrueux ? Koulibaly a confirmé être l’un, voir le meilleur défenseur de Serie A. Kalidou aka la machine de guerre aura tout dévasté sur son passage. Le lion de la Teranga aura ébloui et impressionné tous les napolitains dont il est l’un des chouchous désormais. Vous l’avez élu révélation de la saison sur notre Twitter, bref, Colossal !

Chiriches (17 matchs joués, 2 buts)

Chiriches

 

6,5

 

 

 

Une tête sortie de nul part, un jeu atypique fait de dribbles et de risques fous, parfois trop, ce qui lui coûta cher, comme contre le Chievo. Mais Vlad a démontré être une valeur sûre et un remplaçant sur qui on peut compter, une première saison plus que satisfaisante pour le roumain.

Luperto (1 match joué)

Luperto

 

non noté

 

 

 

Une toute petite apparition ( le temps de faire une erreur de marquage ) histoire de montrer à la planète football qui a le plus gros flow.

Regini (1 match joué)

Regini

 

non noté

 

 

 

Une toute petite apparition histoire de montrer à la planète football qui a le plus gros flow, non on déconne, à voir ce qu’il a dans le ventre la saison prochaine ( enfin, s’il joue …).

Strinic (13 matchs joués)

Strinic

 

6

 

 

 

Une saison triste pour Ivan le terrible, très très peu de temps de jeu pourtant le croate a toujours démontré avoir un très bon niveau et être pétri de qualités. Il pourrait rebondir ailleurs afin de dégainer sa tête de mangeur d’enfants.

Ghoulam (38 matchs joués, 4 passes décisives)

Ghoulam

 

6,5

 

 

 

Une première partie de saison à l’image de sa saison dernière où les erreurs de marquage et les fautes de déconcentration étaient au rendez-vous. Mais en 2016 Faouzi s’énerve et montre de quel bois il se chauffe en sortant de grosses prestations comme contre le Chievo. Des progrès évident qui demandent encore à être confirmés la saison prochaine.

Jorginho (38 matchs joués, 6 passes décisives)

Jorginho

 

8

 

 

 

Mozart ! L’artiste, le touché de balle soyeux, la vision de jeu d’un extraterrestre, l’intelligence tactique d’un surdoué, le jeu en une touche de balle d’un fuoriclasse. Cette saison Jorginho a affolé les compteurs, les statistiques et les gros clubs étrangers. Le Napoli dans la poche, il a même ouvert les portes de la Nazionale cette saison ( à bientôt l’Euroe ? ). Petit Jorge a tout pour devenir un très grand joueur.

David Lopez (35 matchs joués, 1 but, 2 passes décisives)

David Lopez

 

5

 

 

 

Limité, trop limité et pourtant Dadou bénéficie on ne sait pourquoi des faveurs de son entraîneur, entrant pratiquement toujours en jeu. Le 12ème homme sans les qualités nécessaires. Enfin ne soyons pas méchant il a le mérite de faire ce qu’il peut en s’exécutant sans rechigner. Humilité.

Chalobah (9 matchs joués, 1 but)

Chalobah

 

6

 

 

 

Une saison gâché par un drame familiale, pourtant avant ça Chalobah avait démontré de très grosses qualités qui laissaient envisager le meilleur. Sans option d’achat il retourne à Chelsea.

Allan (43 matchs joués, 3 buts, 7 passes décisives)

Allan

 

7

 

 

 

Le gladiateur. Il est arrivé et a retourné plus d’une maman au milieu de terrain en automne avant un passage à vide hivernal. Toujours là pour faire le sale boulot il est d’une importance capitale. Cependant un peu trop chien fou par moment ce qui lui fait perdre beaucoup de lucidité. Potentiel monstrueux pour l’avenir.

Valdifiori (15 matchs joués, 2 passes décisives)

Valdifiori

 

5,5

 

 

 

La victime collatérale de l’explosion de Jorginho, dommage pour ce regista de grande classe qui n’aura jamais réussi à trouver sa place dans cette équipe. Il devrait lui aussi quitter le club afin de retrouver du temps de jeu, on te souhaite le meilleur Mirko.

Dezi (0 match joué)

Dezi

 

non noté

 

 

 

Une première partie de saison sur le banc l’autre à Bari où il a fait sensation en inscrivant beaucoup de buts, à suivre de près pour la suite !

Grassi (0 match joué)

Grassi

 

non noté

 

 

 

Une tête de canaille, c’est tout ce qu’on a pu voir de lui malgré un investissement de 8M son nombre de minute joué est égale au nombre de cheveux naturel de Conte : 0. Reconnu comme un très grand espoir du calcio on attend impatiemment ses débuts…

Hamsik (46 matchs joués, 8 buts, 11 passes décisives)

Hamsik

 

8

 

 

 

Il n’y a plus de mots pour décrire le génie de Marek … saison ÉBLOUISSANTE du capitano, soldat trop souvent dans l’ombre dans l’esprit des footix du net, la clé du milieu de terrain, c’est toujours lui. Des célébrations toujours aussi rageuses après tes buts, symbole de tout un peuple, tu es notre idole.

Insigne (42 matchs joués, 13 buts, 11 passes décisives)

Insigne

 

7,5

 

 

 

Chaud comme le pur napolitain qu’il est, Lorenzo a parfois des sauts d’humeurs agaçantes mais comment lui en vouloir face à son génie et ses buts merveilleux ? Des cassages de reins en veux tu en voilà, des coup-francs en lucarne et des caviars déposés pour ses petits copains, grosse saison de « il magnifico ».

El Kaddouri (26 matchs joués, 3 buts, 8 passes décisives)

El Kaddouri

 

6,5

 

 

 

Lui aussi en a cassé des reins mais malheureusement il a également été victime du peu de turn-over de Sarri. Malgré un temps de jeu maigrichon El Kaddouri a fait étalage de sa classe balle aux pieds en montant crescendo au fil de la saison. Prometteur pour la suite si le club décide de le garder à l’ombre du Vésuve.

Mertens (40 matchs joués, 11 buts, 7 passes décisives)

Mertens

 

7

 

 

 

Encore une fois « supersub » de luxe, notre petit feu follet belge a démontré que son explosivité pouvait mettre à mal n’importe quelle défense du championnat, en état de grâce contre Bologne, sa fin de saison à été importante pour remplacer un Insigne parfois à bout de souffle. D’un autre côté, même le génie de Sarri n’aura pas su gommer son plus grand défaut, son individualisme récurent, même s’il est moins marqué cette saison.

Callejon (47 matchs joués, 13 buts, 13 passes décisives)

Callejon

 

7

 

 

 

Encore une saison satisfaisante pour l’ailier espagnol, titulaire à quasi tous les matchs, Sarri le tient en estime et José se démontre être son couteau suisse sur le terrain. Clé d’un équilibre évident, on lui reprochera néanmoins son manque d’apport offensif. Muscle ton jeu José !

 

Gabbiadini (30 matchs joués, 9 buts, 3 passes décisives)

Gabbiadini

 

6,5

 

 

 

Oh Manolo mon beau Manolo ! Que ton élégance est belle à voir et que ta frappe de balle est pure et foudroyante. L’esthète a du se contenter d’un temps de jeu miséreux mais malgré ça il a su répondre aux attentes en remplaçant parfaitement Higuain ( malgré son match pauvre contre l’Inter ) lors de sa suspension. Son avenir reste en suspension avec cette saison quasi-blanche en matchs joués.

Higuain (42 matchs joués, 38 buts, 3 passes décisives)

Higuain

 

9,5

 

 

 

Pfff faut-il vraiment rajouter quelque chose face aux stats de cet énergumène ? Une saison plus que parfaite, incroyable, inoubliable, a chaque match Higuain a écrit l’histoire devant nos yeux ébahis. Ses exploits démentiels on les racontera à nos petits-enfants dans 50 ans encore. Grazie di cuore Pipita ! (9,5 et pas 10 car ce numéro est sacré…)

Sarri (48 matchs, 32 gagnés, 8 matchs nuls, 8 perdus, 1 insulte à Mancini)

Sarri

 

8

 

 

 

Peu donné cher de ta peau à ton arrivé, même le prophète Saint Diego avait douté de tes capacités et tu as tout de suite mis tout le monde d’accord en proposant l’un des plus beaux footballs d’Europe ! L’équipe a battu tous ses records, le scudetto n’est pas là mais ce n’est que partie remise, un grand merci Maurizio pour ton travail phénoménal ( PS : par contre il va falloir complètement revoir ta gestion du temps de jeu … )

Lorenzo Tonelli le nouveau soldat Napolitain.

Son nom circulait dans les médias depuis quelque jour et c’est hier suite à la splendide victoire du Napoli (4-0) face à Frosinone que le président De Laurentiis a annoncé en conférence de presse l’arrivée de Lorenzo Tonelli à Naples.

Tonelli-Chievo-Empoli.jpg

Le Napoli a réalisé là un gros coup en attirant un joueur convoité par tous les plus grands clubs Italiens. Ce transfert coïncide donc bien avec la nouvelle mentalité instaurée dans le club depuis l’arrivée de Maurizio Sarri et de Cristiano Giuntoli.

A 26 ans, Tonelli est déjà un défenseur expérimenté en Italie. Pur produit de la formation de l’Empoli, il a commencé le football professionnel en 2010 en Serie B avec son club formateur. Il a pu y apprendre là les rudiments du football du ter-ter Italien en s’imposant directement comme un titulaire aux yeux de son entraîneur de l’époque, Alfredo Aglietti.

C’est lors de la saison 2012/2013 que Tonelli s’est vu entraîné par une tête relativement connue du côté du Napoli… Maurizio Sarri. Durant deux saisons avec Sarri, dont la rigueur défensive n’est plus à mettre lumière,  il a pu parfaire sa formation défensive en travaillant son placement et les interceptions (De quoi rappeler le travail effectué par Sarri durant la pré-saison à Dimaro). De quoi vous donner une idée du monstre de destruction massive qu’a engendré Sarri…

160455366-99157989-2cfe-4c74-bdd5-178c57c802f4

Tonelli est un défenseur hargneux, qui n’a pas peur coller son vis à vis. Son pressing est aussi une des ses caractéristiques premières. Il a la relance facile, un peu à la manière de Koulibaly, et possède une détente hors norme qui lui permet de dominer son grand rectangle et le grand rectangle adverse par un apport constant lors des coups de pied arrêtés.

Mais quel avenir pour Tonelli à Naples ? Radieux on l’espère. Sarri le connait bien donc il y a de fortes chances qu’il reçoive un temps de jeu conséquent (Comme Hysaj à son arrivée), l’accumulation des match avec la Champions League va aussi faire de lui un élément essentiel du système défensif de Sarri. Sans parler des rumeurs de départ d’Albiol qui pourraient l’amener directement à une place de titulaire.

Ce transfert est de bonne augure pour la saison prochaine qui s’annonce d’ores et déjà palpitante. Benvenuto a Napoli Lorenzo !