Lettre de désamour à Gonzalo Higuain !

Cher Gonzalo,

Cher, c’est peu de le dire. 90 millions d’euros exactement. QUA-TRE VINGT DIX. C’est donc le nouveau prix officiel de la trahison et de la félonie. Car oui Gonzalo, tu nous a trahi. Comment peux-tu quitter le peuple qui t’a tellement donné d’amour et de ferveur pour t’engager chez le rival ? Tu quittes donc le soleil de Naples pour le froid de Turin, la mer du Sud pour les montagnes du Nord, le cœur pour l’argent. Et pour tout cela, permet nous de te détester aussi fort que l’on a clamé ton nom dans le San Paolo, où tu ne seras jamais plus le bienvenu.

Tu avais tout pour devenir une idole, marcher à ta façon sur les (grandes) traces (indélébiles) de Diego Maradona. Au lieu de çà, ton nom sera désormais Gonzalo ‘Quagliarella’ Higuain. Hier ton numéro 9 enflammait le Vésuve, aujourd’hui il est brûlé à même le sol dans les rues de la ville. Aucune larme dans ce que l’on te dit, simplement de la haine, à coup sûr éternelle. Mais tout cela c’est toi qui l’a voulu Gonzi. Et si j’avais encore un peu d’affect pour ta personne, je te conseillerai de ne pas revenir au San Paolo, mais il n’en est plus. Alors j’espère de tout cœur que tu auras « les cojones » de t’y rendre et d’affronter ceux avec qui tu chantais il y a encore quelques mois sous la Curva. Cette fois ci la chanson ne sera pas la même, crois nous. Rendez vous pris.

Hostilement, un de tes anciens tifosi.

#SoloLaMaglia

La pré-saison à Dimaro #2

Nous reprenons donc le fil de notre article au 14 juillet. La météo a changé favorablement, terminé la pluie battante maintenant le soleil de plomb a fait son retour. Il y a aussi un autre absent (autre que la pluie), il s’agit de Jonathan De Guzman qui a cause d’une fatigue musculaire développée la veille a du renoncé à la séance d’entraînement matinale. A nouveau l’entraînement sera divisé entre le travail tactique et le travail offensif. Le travail des défenseurs consistera au positionnement à avoir lors des incursions adverses venant de l’axe. Les milieux travailleront la récupération de balle et la reconversion offensive en attaque et ce avec le moins de touche de balle possible. Ghoulam et Koulibaly ont terminé l’entraînement en travaillant les longues transversales (Simulations de renversement du jeu).

Dimaro14071

Tutino en action

Pour la séance de l’après-midi, Tonelli, Albiol et Reina seront toujours en salle de musculation pour se reconditionner physiquement. Les remontées de balle sont travaillées, ainsi que les différentes combinaisons entre les défenseurs-milieux et attaquants. Une opposition entre deux formations en 4-3-3 comme on en a l’habitude est organisée. Petite frayeur tout de même lors de cette opposition puisque après un contact un peu musclé, El Kaddouri s’est effondré au sol pendant plusieurs minutes pour au final se relever pour reprendre le cours normal des choses. Sarri insiste pour que les joueurs jouent en maximum une touche de balle lors de cette opposition. La séance se terminera par un travail des défenseurs sur l’alignement à avoir lors des coups de pied arrêtés venant des côtés.

Dimaro14072

L’alignement est minutieux sur ce travail d’alignement sur les coups de pieds arrêtés 

Toujours la même rengaine le lendemain pour De Guzman, il est absent de la séance matinale et a effectué des tests médicaux (Les résultats annoncent une blessure au biceps fémoral de sa jambe droite). Les gardiens se sont entraînés à l’aide d’une machine qui simule des frappes de balle (Outil déjà fortement utilisé l’été dernier par Sarri lors de la préparation estivale). Les autres ont travaillé, en cercle, et ce sous forme de petits exercices les échanges de ballons. La défense a par la suite (encore) travaillé les coups de pieds arrêtés venant des côtés avec ici une nouvelle difficulté, le coup de pied arrêté sera dévié au cours de sa trajectoire et donc la défense devra s’adapter rapidement en fonction de la nouvelle direction du ballon. Comme la veille, Ghoulam et Koulibaly termineront la séance par un travail des transversales.

Dimaro15071

Les gardiens à l’épreuve face au simulateur de frappes

Il n’y aura pas eu d’entraînements l’après midi de ce 15 juillet puisque une demi journée de repos a été accordé aux joueurs. Chaque joueur a pu faire ce que bon lui semblait, une grosse partie du groupe est partie au restaurant, Ghoulam et Koulibaly ont eux été à la rencontre des fans pour discuter et prendre des photos ou encore Sepe qui en a profité pour faire une petite partie de pêche.

Les entraînements ont donc repris leur cours normal ce 16 juillet. Reina, Albiol et Chiriches ont fait leur retour avec le groupe tandis que Tonelli a encore travaillé en salle de musculation et De Guzman était encore absent. Dans un premier temps tous le groupe s’est attelé à un travail de phases offensives. Les gardiens et défenseurs ont ensuite travaillé sur la pression à effectuer quand un joueur adverse se présente face à la défense. Les milieux et attaquants ont eux travaillé les espaces. Séance qui s’est terminée par quelques retrouvailles puisque El Kaddouri et Maggio ont reçu la visite de leurs enfants.

Dimaro1601.jpg

11 ans séparent Albiol et Luperto mais pourtant la ressemblance entre les deux est frappante

La séance de l’après-midi a été marqué par le retour d’un autre international, celui de Elseid Hysaj. Cette séance était sous le signe de la tactique, elle a d’abord commencé par un travail qui consistait à simuler une séquence de jeu avec des dribles et ensuite une verticalisation. L’équipe a ensuite travaillé un jeu en possession en jouant de préférence sur les côtés, le pressing à effectuer sur les incursion sur les ailes sera aussi travaillé. Sarri a bien ciblé une zone de préférence pour attaquer et il s’agit de l’axe, ainsi il y a de plus grandes chances d’obtenir des coups de pieds arrêtés à proximité du but adverse. La séance s’est terminée par une petite séance de basket pour Ghoulam et El Kaddouri qui se sont amusés avec le panier de basket adjacent au terrain d’entraînement.

Dimaro1602.jpeg

Omar El « Harden » Kaddouri

Les jours se suivent et se ressemblent pour De Guzman qui est encore une fois absent de l’entraînement, il est accompagné de Reina qui a ressenti une gêne musculaire la veille. A noter aussi le départ de Granata de Dimaro en raison du retour de Hysaj. Le premier travail tactique de l’entraînement sera pour les milieux et attaquants. Une action est simulée en partant des côtés, l’attaquant de pointe doit jouer un rôle de pivot en se servant du regista qui lui verticalisera les ballons sur les côtés. Les défenseurs travailleront ensuite pendant 40 minutes le positionnement à adopter sur les centres adverses. Précisons aussi que David Lopez a dû quitter la séance plus tôt en raison d’un problème physique.

Dimaro17071.jpg

Regard fixé sur l’objectif

Finalement plus de peur que de mal pour David Lopez qui s’est présenté à la séance de l’après-midi. La séance de l’après-midi sera consacrée à la tactique étant donné que le prochain match amical se jouera le lendemain. Cela commencera pas un travail de conduite de balle sur trois ateliers différents. Un travail de récupération par la suite: un défenseur central récupère le ballon et passe la balle au regista qui lui ensuite remettra le ballon sur l’autre défenseur central (Qui sera alors là libre de tout marquage). Sarri fera ensuite travailler la défense sur les corners et les coups de pieds arrêtés venant des côtés.

Ce 18 juillet est un jour spécial dans ce stage de pré-saison à Dimaro puisque c’est le jour où le premier match amical (Contre Anaune) va se disputer. C’est pourquoi la séance matinale sera relativement light, la séance débuta par quelques échauffements  et sera suivie par un travail de groupe en toro (Excepté pour Negro qui a fait un travail personnalisé, avec ballon, seul). L’alignement en zone offensive sera travaillé (Sur les corners) et les corners à proprement parler seront ensuite travaillés. Ghoulam travaillera assidument les corners tandis que deux joueurs (contre deux autres joueurs) travailleront la déviation des corners au second poteau.

Dimaro18071.jpg

Le coup de tête puissant de Chiriches

C’est donc sur le coup de 18h00 que le match amical a débuté, Sarri a aligné une composition en 4-3-3 (Rafael; Maggio-Chiriches-Koulibaly-Ghoulam/ Allan-Jorginho-Grassi; Callejon-Gabbiadini-El Kaddouri). La rencontre n’a pas tardé à s’emballer puisque Manolo Gabbiadini, bien en jambe, s’est procuré deux grosses occasions en l’espace de quelques minutes. Et le génie du football Italien (Qui mérite bien plus que le banc !!) n’a pas tardé à faire parler la poudre puisque sur une illumination de Grassi, il a pris à contre-pied le le gardien d’Anaune. El Kaddouri y est aussi allé de son but via une lourde frappe. Chiriches a lui profité des errances défensives de la défense d’Anaune pour marquer sur un corner bien tiré de Ghoulam (Travaillé à l’entraînement, précisons le). Gabbiadini a aggravé la marque juste avant la mi-temps sur un centre à ras de terre de El Kaddouri. Sarri a ensuite opéré à quelques changements pour la seconde mi-temps: Sepe, Lasicki, Lopez, Valdifiori, Insigne Jr. El Kaddouri n’a pas tardé pour encore faire parler de lui, il marque d’un sublime intérieur du pied qui mystifie le gardien adverse. Et une minute plus tard le marquoir changera encore et affichera un score de 6-0 suite à un auto-but. Lasicki marquera d’un coup de casque suite à un corner de Ghoulam (Encore). Les autres changements seront effectués après: Celiento, Albiol, Luperto, Dezi, Dimitru et Tutino. Quelques secondes après les changements, Dezi marquera à la suite d’un tir contré. Dimitru marquera après centre dans l’axe et Insigne Jr marquera une petite reprise de volée après une passe sublime de Valdifiori.

Il faut retenir que la tactique appliquée à l’entraînement a bien été mise en application lors du match. Gabbiadini a été monstrueux, Grassi a montré ce dont il était capable et promet de belle choses et El Kaddouri a régalé de par ses passes fantasques et ses grosses frappes.

Cnqtt00WgAECSle.jpg

L’équipe qui a débuté la rencontre

Voici ce qui résumé ces 4 premiers jours du stage de pré-saison du Napoli à Dimaro. Le prochain numéro de « La pré-saison à Dimaro » sortira ce lundi 24 juillet et reprendra l’ensemble des informations à savoir sur les 6 prochains jours de notre Napoli à Dimaro.

 

Le cas Higuain

« HA SEGNATO… CON IL NUMERO NOVE… GONZALOOO ? HI-GUAAAAIN » Ce refrain désormais mythique entonné par Decibel Bellini et les tifosi napolitains n’aura peut-être plus lieu d’être au San Paolo la saison prochaine. En effet, à l’aube de la campagne 2016/2017 du Calcio, Gonzalo Higuain ne sait toujours pas sous quelles couleurs il évoluera la saison prochaine.

Afficher l'image d'origine

Quels clubs dans la course ?

Depuis quelques jours deux clubs paraissent en pôle position pour s’attacher les services du meilleur buteur de l’exercice 2015-2016 de Série A (36 buts en 35 matchs), Arsenal et la Juventus.
Les Gunners ont été les premiers à se renseigner sur le cas Higuain et la direction Londonienne aurait même proposée une offre aux alentours de 55 millions + Olivier Giroud. La seconde mèche aurait été envoyé par les dirigeants Bianconeri qui seraient en train de préparer une offre de 94,5 millions (clause de départ fixée par De Laurentiis). Affaire à suivre…

Higuain à la Juventus, c’est possible vraiment ?

Qu’on se le dise de suite, si Gonzalo Higuain signe à la Juventus, il ferait une entrée fracassante dans le classement des plus gros traîtres de l’histoire du football. Non seulement les tifosi napolitains ne lui pardonneraient jamais de passer chez le rival du nord, surtout après une saison record comme il vient de l’effectuer, mais pourra-t-il retrouver ailleurs l’amour que tout une ville lui portait. Difficile d’y croire. Mais économiquement parlant, comment est-ce possible de refuser une offre à hauteur de 95 millions d’euros, surtout pour un homme d’affaire comme Aurelio de Laurentiis ? L’enjeu économique est énorme. Alors évidemment qu’aucun supporter ne souhaite voir son meilleur joueur s’engager pour le rival, mais le football business en train de parler, et nul doute que si la somme avancée est exacte, et que la Juve paye la clause, alors de Laurentiis ne pourra pas refuser, et le choix sera alors entre les mains de Gonzalo Higuain. Cependant rien n’est encore officiel, et pour l’instant Gonzalo Higuain est attendu le 25 juillet à Dimaro pour reprendre l’entraînement avec le groupe. De plus, le président de Laurentiis avait précisé que si aucune offre concrète n’était faite avant le 20 juillet, Higuain ne partirait pas.

Toujours est-il qu’après Lavezzi et Cavani, c’est au tour de Gonzalo Higuain, autre idole du San Paolo, de s’apprêter à peut être quitter le Vésuve. Juste histoire de confirmer que l’époque actuelle ne possède qu’une seule réelle idole. Un petit gamin à la crête, Idolo Marek.

#FORZANAPOLISEMPRE

Source image : http://theworldgame.sbs.com.au/article/2015/09/27/higuain-stars-napoli-adds-juventuss-woes

Café Mercato #6

Désormais retrouvez nous chaque dimanche pour le Café Mercato, rendez-vous hebdomadaire où nous vous parlerons mercato autour d’un bon café et des bons croissants chauds du dimanche matin.

Davide Santon, presque officiel:

Après avoir tenté d’attirer une multitude de latéraux (Fabinho, Vrsaljko, Meunier, …), le Napoli est ici en passe d’attirer le latéral Italien de l’Inter: Davide Santon. Formé à l’Inter, ce latéral (Ex-International) est très polyvalent puisqu’il peut évoluer sur les deux côtés de la défense et sera d’une grande utilité lorsque Ghoulam participera à la CAN avec l’Algérie au cours de la saison. Le montant de l’opération devrait avoisiner les 5,5M avec un contrat de 5 ans. Sa visite médicale devrait se dérouler ce lundi.

FC Internazionale Training Session

Witsel, définitivement au point mort:

Alors que la venue du milieu Belge à Naples ne semblait plus qu’être une formalité, tout s’est effondré cette semaine durant la négociations des droits à l’image du joueur. Tout semblait réglé, le Belge avait déjà fait une croix sur le contrat juteux que lui proposait Everton, il avait donné son choix de numéro de maillot (le n°28), bref son transfert à Naples semblait déjà acté. Mais ces bons vieux droits à l’image en ont décidé autrement, ainsi que Sarri qui a trouvé que Witsel ne correspondait pas à son jeu et s’est donc tourné vers le grand Giaccherini.

witsel

Icardi mais pas que:

Si les rumeurs de départ d’Higuain à la Juventus (Mais il y a aussi Arsenal) s’avèrent être vraies, le Napoli va récupérer une belle somme d’argent et pourra se permettre d’acheter un attaquant de classe mondiale. Il y a eu en premier la piste, sûrement la plus loufoque, menant à Olivier Giroud mais le club ne souhaiterait l’attaquant Français. Le nom qui revient le plus est celui du capitaine de l’Inter Milan, Mauro Icardi, d’ailleurs l’agent (et femme) de celui-ci a déclaré récemment que le Napoli était un des deux clubs qui s’étaient renseignés au sujet de l’enfant terrible. D’autres noms circulent avec un peu moins d’insistance, Morata, Zaza, Milik ou encore Slimani.

inter-milan-team-captain-mauro-icardi.jpg

Pereyra, viendra ou viendra pas ? :

Alors que tout semblait réglé la semaine dernière pour le milieu Argentin de la Juventus (Il ne restait plus qu’à négocier les droits à l’image du joueur), l’accord avec le joueur et la Juventus semblait avoir été trouvé. Mais depuis la semaine dernière plus rien, excepté quelques bruits de relance lorsque l’on a appris la fin de la piste Witsel. Toujours a la recherche de un voire deux milieux, le Napoli pourrait revenir à la charge pour lui. Mais la convocation de Pereyra pour le stage estival de la Juventus en Australie voudrait-elle montrer que le joueur n’est pas prêt de quitter Turin de si tôt ?! Affaire à suivre.

roberto-pereyra-cropped_rowwlnh08n8d1a5bcvi3o0wyf.jpg

 

La pré-saison à Dimaro #1

C’est devenu une tradition depuis maintenant 6 ans, le Napoli se rend durant trois semaines à Dimaro, dans la province de Trento, pour un stage de pré-saison. Au programme: remise en condition physique pour le groupe, entraînements intensifs, activités extra-sportives avec le groupe, rencontres avec les supporters et bien plus encore.

Dimaro-Napoli-620x434.jpg

Le groupe est composé de: Contini (‘96), Rafael (’90), Reina (’82), Sepe (’91), Albiol (’85), Celiento (’94), Granata (’97), Ghoulam (’91), Koulibaly (’91), Lasicki (’95), Luperto (’96), Maggio (’82), Tonelli (’90, Allan (’91), Dezi (’92), De Guzman (’87), Grassi (’95), Jorginho (’91), David Lopez (’89) , El Kaddouri (’90), Valdifiori (’86), Callejon (’87), Dumitru (’91), Gabbiadini (’91), Roberto Insigne (’94), Negro (’98), Tutino (‘96) (Les joueurs internationaux arriveront quant à eux plus tard) s’est envolé ce samedi matin à  Capodichino vers Verona où le groupe a ensuite pris un bus pour se rendre à Dimaro. Le bus est arrivé aux alentours de 12h00; un incident a eu lieu lors de son arrivée puisque le chauffeur du bus allait directement rentrer dans le complexe de Dimaro pour ne pas que les joueurs aient de contact avec les fans et c’est alors qu’un homme s’est posé devant le bus pour que celui si s’arrête et que les joueurs descendent pour pouvoir saluer les fans .. et il aura finalement eu raison.

13614915_1205492746148036_7148613949750983930_n.jpg

Le prince Gabbiadini à la descente du bus

Le groupe a effectué la première séance d’entraînement l’après-midi. Rafael et Tutino étaient les premiers à monter sur la pelouse pour effectuer des exercices de renforcement musculaire, les autres se sont eux échauffés en effectuant des tours de terrain. Cette séance ci avait surtout pour but de remettre en jambe l’ensemble des joueurs et elle n’a pas été bien intensive, une opposition entre deux formations en 4-3-3 s’est organisée (Contini, Maggio, Lasicki, Luperto, Dezi, Allan, Jorginho, Grassi, Dumitru, Negro, Callejon d’un côté et Sepe, Celiento, Granata, Koulibaly, Ghoulam, Lopez, Valdifiori, De Guzman, Insigne jr, Gabbiadini, El Kaddouri de l’autre). A noter que Luigi Sepe s’est mis en valeur lors de cette opposition grâce à de multiples parades salvatrices. Ce mini-match s’est soldé sur un score de 1-0 via un but de Callejon. Cette séance d’entrainement s’est terminée par un travail sur le pressing à effectuer pour la récupération du ballon.

Dimaro09072.jpg

La frappe victorieuse de José Maria

L’entraînement matinal de ce 10 juillet s’est divisé en trois parties. La première a consisté à du renforcement musculaire dans la salle de musculation situation dans la tente adjacente au terrain d’entraînement. Les défenseurs sont ensuite montés sur le terrain, toujours sous l’oeil du drone tant utilisé par Sarri pour résoudre les problèmes défensifs, pour un travail qui a consisté à gérer les centres en les dégageant soit via la tête soit en utilisant les défenseurs centraux.

La dernière partie était un travail sur les connexions entre les milieux et les attaquants en formation 4-3-3 (De Guzman/Grassi-Jorginho-David Lopez -Gabbiadini-Tutino-Callejon et Valdifiori-Dezi-Allan-Dumitru-Insigne-El Kaddouri).

Dimaro10071.jpg

Bonne ambiance sur le terrain entre Jorginho, Allan et El Kaddouri

L’entraînement de l’après-midi s’est lui aussi divisé en trois parties. La première était dédiée aux gardiens, ceux-ci ont travaillé sur la manière de gérer les passes en retrait. Les défenseurs ont eux travaillé les déplacements et l’alignement à avoir lors des débordements adverses sur les ailes. Les milieux et attaquants se sont attelés à la récupération de ballons et aux différentes manières de repartir à la suite d’une récupération. La séance se terminera par une traditionnelle opposition entre deux formations en 4-3-3.

Les jours se suivent et se ressemble à Dimaro, en ce 11 juillet, Albiol, Reina et Tonelli travaillent encore à part du groupe dans la salle de musculation. Le directeur sportif, Cristiano Giuntoli, est quant à lui scotché à son téléphone; sûrement entrain discuter transfert. Celiento, Lasicki, Granata et Ghoulam font un travail défensif sur des courses de 60 mètres. Les attaquants et milieux travaillent sur la récupération du ballon ainsi que sur la reconversion offensive via l’axe ou les ailes. Manolo Gabbiadini et Omar El Kaddouri termineront la séance par un atelier où ils devront travailler le démarquage.

Dimaro11071

Giuntoli au boulot

L’entrainement de l’après-midi sera relativement light. Le groupe effectuera une opposition en 4-3-3 sur le grand terrain et ensuite la même opposition sur terrain réduit pour mieux profiter des espaces. Les gardiens ont travaillé leurs réflexes et anticipations en devant effectuer des parades avec des mannequins/obstacles qui gênaient leur vue.

Dimaro11072

L’échauffement de début d’entraînement

C’est sous une pluie diluvienne que les joueurs se sont entraînés en ce 12 juillet. L’entraînement a débuté par une série d’entraînement. Albiol, Reina et Tonelli sont eux toujours à l’écart du reste du groupe. Cette séance matinale sera grandement consacrée aux défenseurs, ceux-ci ont travaillé dans un premier temps la manière de défendre face au pressing de l’adversaire et ensuite la manière de gérer une défense à 3 lorsqu’un des deux latéraux n’est pas à son poste en resserrant les lignes. Les milieux ont travaillé le jeu en une touche de balle et les attaquants ont travaillé le pressing à effectuer sur l’adversaire ainsi que sur la conclusion face au but.

Dimaro12071

Les vestes sont de sorties à Dimaro pour faire face à la pluie

L’après-midi, les joueurs ont travaillé en binôme pour parfaire les combinaisons. Les joueurs ont participé à un match d’entraînement où le but était de travailler en maximum 1 à 2 touches de balles. La séance s’est terminée par des étirements. Une séance d’entraînement relativement sobre.

Dimaro12072

Callejon et Valdifiori à l’oeuvre

C’est encore sous la pluie que les joueurs ont entamé cette journée du 13 juillet. Albiol, Tonelli et Reina commencent à voir le bout du chemin, après avoir effectué les habituels exercices en salles, ils sont sortis courir aux abords du terrain. Les gardiens ont encore travaillé les parade avec la vue cachée dans le but d’améliorer les réflexes. Après avoir fait des exercices athlétiques, les défenseurs ont encore du travailler leur alignement et le placement lors de débordements adverses sur les ailes. Les milieux et attaquants ont fait des mises en situation sur la façon à adopter pour attaquer une défense à 4.

Dimaro13071

Parade de Rafael lors de la séance des gardiens avec la vue masquée

La pluie n’a cessée de tomber sur Dimaro entre les deux entraînements. Et c’est un revenant qui a marqué l’attention en ce début de séance, puisque Vlad Chiriches est le premier international à faire son retour en équipe première. Il a effectué quelques échauffements mais prendra part aux exercices tactiques à partir de demain. Reina aussi s’est fait remarqué puisqu’il a recommencé le travail avec ballon sur le terrain après 5 jours passés à se remettre en forme. Dans le domaine de la tactique, ce qui a été travaillé à l’entraînement tourne autour du pressing haut dans le but de récupérer des ballons. Il y a eu ensuite une opposition avec deux formations en 4-3-3 où ces consignes de pressing haut ont été mise en application.

Dimaro13072.jpg

Le retour du Comte Vlad

Voici ce qui résumé ces 5 premiers jours du stage de pré-saison du Napoli à Dimaro. Le prochain numéro de « La pré-saison à Dimaro » sortira ce lundi 18 juillet et reprendra l’ensemble des informations à savoir sur les 5 prochains jours de notre Napoli à Dimaro.

 

 

Café Mercato #5

Désormais retrouvez nous chaque dimanche pour le Café Mercato, rendez-vous hebdomadaire où nous vous parlerons mercato autour d’un bon café et des bons croissants chauds du dimanche matin.

Witsel, plus chaud que jamais:

W_zenit

Le milieu Belge intéresse fortement le Napoli depuis le début de ce mercato estival, mais la concurrence rude (Everton était prêt à proposer 34M au Zenith et 7M de salaire par an au joueur) ainsi que les exigences salariales du joueur ont fait que la piste s’est refroidie ces derniers jours. Mais Gianluca Di Marzio, le Monsieur Mercato, a annoncé ce matin que les négociations étaient très avancées et qu’il ne restait plus qu’à négocier les droits à l’image du joueur (Et oui encore ces foutus droits à l’image..). L’accord entre les deux partis est trouvé: 23M (+Bonus) au Zénith et un contrat de 4 ans (+ 1an en option) assorti à un salaire de 2,7M (+ 500k en bonus).

La surprise Pereyra:

Roberto-Pereyra-Juventus-2.jpg

Le nom de Pereyra n’avait jamais été cité au Napoli auparavant et son départ pour Watford semblait déjà acté mais c’est avec une certaine stupeur que l’on a appris par Gianluca Di Marzio, encore lui, que le Napoli s’intéressait au milieu Argentin de 25 ans. L’accord avec le joueur n’a pas été difficile à trouver mais maintenant la balle est dans le camp de la Juventus qui devra statuer sur l’offre de Naples qui s’élève à 18M (Bonus compris). Un milieu très polyvalent qui pourrait apporter beaucoup à l’équipe.

La jeunesse Croate en approche:

0000016515_660_375_cut.jpg

Le vivier Croate regorge de jeunes talents, et le Napoli tente de miser dessus quitte à payer le prix fort. Après avoir essuyé un rapide refus de Pjaca, qui a accordé sa préférence au Milan AC et à la Juventus, et un autre refus de Coric, qui lui n’était pas intéressé par Naples, le Napoli s’est alors rabattu sur Marko Rog, milieu offensif de 20 ans évoluant au Dynamo Zagreb. Le Napoli a alors rapidement proposé une offre de 15M au club Croate, le club ne semble pas vendeur et le joueur n’a pas vraiment fait savoir sa position quant à ce transfert.

Milik, la relève d’Higuain:

milik39909000

Son nom avait déjà été cité au Napoli il y a quelques semaines mais sans grande insistance. Mais cette semaine, la rumeur a pris une ampleur telle que le joueur a débarqué à Naples (Pour parler transfert et accessoirement passer ses vacances à Capri). L’attaquant Polonais a dans un premier temps visité la ville en compagnie de son agent et sa femme, il a ensuite rencontré les dirigeants du club et un accord entre le joueur et le club semble avoir émané de cette réunion. Mais le plus dur sera de convaincre l’Ajax de laisser partir son joyau.

L’expérience Italienne en approche:

candreva.jpg

L’ailier Italien, Antonio Candreva, est cité au Napoli depuis quelques semaines mais sa préférence allait vers l’Inter Milan. Les exigences salariales du joueurs ont semblé refroidir les Interistes et c’est alors là que le Napoli a profité de la situation pour accélérer les choses. Le joueur a d’abord tenu a négocier avec l’Inter Milan mais voyant que les choses n’allait pas dans son sens, il a souhaité négocier avec le Napoli. La situation actuelle de la Lazio aide beaucoup, les dirigeants Laziale ont même annoncé que le joueur était bien sur le départ. Le Napoli semble être désormais la priorité du joueur, un contrat de 4 ans assorti d’un salaire de 1,8M l’attend sur le bureau. La balle est désormais dans son camp.

Naples : le soleil, la mer, et l’Argentine.

Ce n’est pas nouveau, Naples est une ville de passions. Doté d’une forte identité, son peuple est sûrement le plus fervent de la botte. Pour citer Yaya Touré, le Napoli pour les napolitains, c’est comme « […] l’amour d’une mère envers son fils. », mais pas que. Les connaisseurs du football italien ( ou sud américain ) le savent, les napolitains partagent une relation particulière avec l’Argentine, mais pourquoi ? Et surtout dans quelles mesures ? Qui sont les argentins à avoir endossé le maillot bleu ciel du Napoli ? C’est exactement ce que l’équipe du Napoli France va tenter de vous expliquer dans cet article !

zN7_Xn9X

Naples, aux couleurs de l’Argentine.

 

L’Argentine comme ( presque ) deuxième nation.

Pour diverses raisons, du racisme territorial de base et les préjugés qui vont avec, jusqu’aux plus historiques ( qu’il serait inutile de développer ici ) comme le « Risorgimento », Naples n’entretient pas des rapports faciles avec les grandes villes du nord de l’Italie. Cette grande fascination qu’ont les napolitains pour l’Argentine, et vice-versa, vient en fait d’un seul homme, vous le connaissez déjà tous : Diego Armando Maradona. Vous allez croire que notre passion a ( encore ) repris le dessus, mais non. Explications. Jusqu’à son arrivée, le Napoli affiche de belles performances en championnat, et deux coupes d’Italie. Les napolitains ont migré à peu près partout dans le monde, mais l’exposition du Napoli reste faible en dehors de la botte. Puis Diego arrive, les trophées et le succès qui va avec, il inscrit Naples sur la carte du football mondial. À partir de là, Naples « découvre » le parallèle avec l’Argentine et sa population si ressemblante à celle du Vésuve. Malgré les grands joueurs argentins de son passé, en Diego les napolitains ont trouvés leur idole, pire, il est élevé au rang de dieu parmi la population. Au-delà de l’aspect footballistique, c’est dans la voix de Diego que les napolitains trouveront leur porte-parole. À une époque où les slogans anti-napolitains ( et anti-sudistes par la même occasion ) de la part des grands du nord sont clairement affichés ( comme « Bienvenue en Italie » ), Maradona va devenir la parole de tout un peuple.

« Moi je veux le respect pour les napolitains, moi et ma nation on sait que les napolitains sont italiens. Seulement, les italiens doivent aussi comprendre que les napolitains sont des italiens. »

Une phrase parmi tant d’autres du Diego, pourquoi ne pas citer celle-ci : « Ils demandent aux napolitains d’êtres italiens pour une soirée, et les 364 autres jours ils les insultent de paysans. » tellement vrai … Mais pour mieux comprendre, il faut également comprendre le choix de certains napolitains de ne pas supporter l’Italie, c’est un choix basé sur cette haine et cette discrimination de la part du nord de l’Italie, un choix qui n’arrive pas ( plus ) à voir plus large de ces débilités sans nom. C’est le choix de ne pas se sentir comme faisant part d’une nation, qui pendant des années à choisi de tendre le doigt à une partie du pays tout entière. Après tout, les catalans ont le droit de ne pas se sentir espagnols, pourquoi ce ne pourrait être le cas avec les napolitains qui ne se sentent pas italiens ?

C_3_Media_1092518_immagine

Non non, vous n’êtes pas à Buenos Aires, mais au centre de Naples.

Mais le football ne fait pas tout à Naples ( si si c’est juré ), nombreux sont les argentins qui ont reconnu Naples comme une ville très proche de Buenos Aires par exemple, leurs façons de vivre sont très semblables, la convivialité légendaires des napolitains, mélangée à certains quartiers dits plus « chauds », quelque chose qui parle beaucoup aux argentins. Même chose pour la passion du football ( oui, on y revient ), beaucoup qualifient le San Paolo comme un stade très « sud-américanisé » par rapport aux autres de l’Italie. Les chants, des tifosi sont eux aussi très souvent inspirés de chants argentins qui résonnent dans les grands stades comme la fameuse Bombonera ou le Monumental.

Hernán Crespo : « Naples ? Pour nous les argentins c’est un endroit … spécial. N’importe quel argentin qui voulait jouer en Serie A avait vu le Napoli de Maradona. Le San Paolo ? Une émotion particulière … »

Un choix, comme un autre. L’amalgame serait une chose à ne pas faire, dans une ville aussi complexe que Naples. Car oui, comme dans toute l’Italie, il y a aussi des napolitains fervent supporters de la Nazionale italienne, piqure de rappel ! Coupe du monde 1990 en Italie, l’Argentine de Maradona rencontre l’Italie, au San Paolo, chez lui. Après avoir appeler les napolitains à supporter l’Argentine, Diego sera accueilli avec une banderole des napolitains : « Diego, Naples t’aime, mais notre nation c’est l’Italie. », le tout dans un grand respect, puisque le public de Naples sera le seul de la compétition à ne pas siffler l’hymne argentin, par respect pour son « dieu ». Tel est le contraste de cette ville si particulière. Certains réussissent à garder espoir, en voyant l’Italie comme une union ( presque ) parfaite et se disent que finalement, les italiens dignes de ce nom, eux, considèrent les napolitains à leur juste valeur. D’autres n’oublient pas …

1404987181_382

Une ruelle de Naples, qui n’affiche pas QUE le drapeau italien …

 

Les argentins du Napoli.

Carlos Volante (1931–1932), c’est lui qui ouvrira le chemin des argentins au Napoli, le milieu international n’aura joué que 26 matchs pour 0 buts dans son premier club européen.

Guillermo Stábile (1934-1935), le redoutable attaquant de l’Argentine (4 matchs pour 8 buts avec l’albiceleste) déjà connu du championnat italien rejoint le Napoli en provenance du Genoa, malheureusement avec 3 buts en 20 matchs et une 8ème place, il n’aura jamais confirmé les espoirs placés en lui.

Nicola Ferrara (1935-1937) et Antonio Ferrera (1935-1937), le Napoli signe les 2 frères argentins connus sous les noms de Ferrara I et Ferrara II, les 2 milieux auront été titulaires (2 buts pour 11 matchs pour le 1er et 6 buts pour 33 matchs pour le 2ème) et auront fini à la 13ème place, assez suffisant pour se faire repérer et gagner le scudetto avec l’Ambrosiana-Inter 1 an plus tard.

Evaristo Barrera (1940–1942), l’attaquant argentin débarque au Napoli avec le statut de Bomber, le Napoli est en pleine crise financière et c’est là que Barrera démontre son caractère de leader en marquant des buts décisifs pour permettre au club de se maintenir. Les saisons suivantes sont plus difficiles, en temps de guerre le San Paolo est détruit, Berrera continu tout de même à marquer des buts décisifs notamment contre la Juventus mais n’arrive cependant pas à empêcher la relégation et fini par quitter le club avec 12 buts en 49 matchs.

Humberto Rosa (1962–1964), le milieu argentin signe en faveur du Napoli en provenance de la Juventus, il ne pourra pas échapper à la relégation en Serie B mais restera une saison de plus pour finir sa carrière au Napoli avec 7 buts au compteur pour 48 matchs.

Omar Sívori (1965–1969), l’attaquant argentin naturalisé italien ballon d’or déjà bien connu du championnat italien trahi littéralement la Juventus et rejoint le Napoli pour le plus grand plaisir des tifosi, accueilli comme un roi, il est à son apogée, prêt à faire gagner le Napoli, l’histoire en décidera autrement, une blessure lui gâchera la moitié de sa carrière napolitaine, il aura tout de même marqué 16 buts pour 76 matchs. Considéré comme un des plus grands joueurs de tous les temps, il finira sa carrière au Napoli.

Ramon Diaz (1982–1983), le buteur de l’Argentine fait des ravages avec River Plate et l’Albiceleste. Il est courtisé par les plus grands mais choisi le Napoli pour sa première expérience européenne, mais ne sera resté qu’une saison avec 8 buts en 38 matchs.

Daniel Bertoni (1984–1986), l’ailier droit champion du monde avec l’Argentine quitte la viola pour le Napoli en même temps qu’un certain Diego Maradona et réalise une première saison de haut vol mais n’enchaîne pas pour les saisons suivantes et fini par signer à l’Udinese un an avant le Scudetto de Naples. Il aura inscrit 18 buts en 63 matchs.

Roberto Ayala (1995–1998), une habitude désormais, Parme achète le défenseur international argentin et le prête immédiatement au Napoli, une première saison suffisamment convaincante pour le Napoli qui le rachète et lui offre le brassard de capitaine, Le défenseur fera de bonnes performances mais insuffisantes pour empêcher le Napoli d’être relégué pour la saison 1997-1998, saison noire dans l’esprit des tifosi étant considérée comme l’une des pires saisons du Napoli. A l’issue de cette saison cauchemardesque il ira au grand Milan AC et gagnera le scudetto. Il aura joué pas moins de 96 matchs pour 1 but.

José Luis Calderón (1997–1998) énième joueur argentin ayant choisi le Napoli pour première expérience européenne, l’attaquant plante avec tous ses clubs en argentine mais s’avère être un véritable flop au Napoli malgré le fait qu’il soit international, il n’aura joué que 7 matchs pour 0 buts avant de retourner au pays.

Luciano Galletti (1999–2000), l’ailier international argentin rejoint le Napoli en prêt, le club étant en Serie B, il ne jouera que 11 matchs pour 2 buts avant de retourner à l’Estudiantes.

Mauricio Pineda (2000–2001), l’arrière gauche est prêté au Napoli pour une saison , il y jouera 22 matchs et ne marquera aucun but avant d’être prêter à Cagliari.

Facundo Hernán Quiroga (2000-2001), le défenseur débarque en même temps que Pineda au Napoli en prêt, il y jouera une saison pleine, 28 matchs et 0 buts avant de retourner au Sporting et d’être international un an plus tard.

Claudio Husaín (2000–2001/2002-2003), le milieu international argentin signe au Napoli de manière temporaire puisqu’il fini par être prêté à River Plate avant de revenir au Napoli. Le club étant endetté, il finira par le vendre à River Plate. Le milieu aura joué 44 matchs pour 1 buts.

Germán Denis (2008–2010), en Juin 2008, le Napoli s’offre le buteur argentin pour 7M€ et marque un triplé dès son premier match, il répond présent en coupe d’Europe en marquant des buts mais malheureusement pour lui l’arrivé de l’entraineur Roberto Donadoni l’envoie sur le banc préférant la paire Lavezzi-Zalayeta. Il sera vendu à l’Udinese par la suite et sera un véritable bourreau pour le Napoli en marquant quasi à chaque fois qu’il le rencontrera. Il aura inscrit 15 buts en 72 matchs.

Jesús Dátolo (2009–2010), le polyvalent jeune milieu signe au Napoli en 2009, et déjà international argentin, il aura même marqué un but des 30 mètres contre le Brésil après 20 secondes sur le terrain, le joueur restera une énigme et aura perdu du temps de jeu. Il se fera prêter puis demandera au Napoli un transfert pour jouer et être retenu pour la Coupe du monde 2010. Requête acceptée par le club qui va le prêter 2 fois avant de le vendre, insuffisant puisqu’il ne retourna plus jamais en séléction. Il aura marqué 1 petit but pour 25 matchs.

José Sosa (2010–2011), le milieu international argentin signe pour 4 ans au Napoli en provenance du Bayern de Munich, malheureusement il réalise une saison peu convaincante et sera vendu immédiatement. Il aura inscrit 1 but en 31 matchs.

Mario Santana (2011–2013), le Napoli tente le coup en signant l’ailier argentin en provenance de la Fiorentina où il aura joué plus de 100 matchs, mais ne l’utilisera pas vraiment, il sera prêté puis vendu au Genoa, il n’aura joué que 11 matchs pour 0 buts.

Federico Fernández (2011–2012/2013-2014), le Napoli signe en 2010 le défenseur central argentin pour 2M€ mais qui ne rejoindra le club qu’en 2011 à cause de problèmes de passeport, il aura tout de même marqué son emprunte, dès sa première saison avec le Napoli, son équipe est mené 3-0 à la mi-temps face au Bayern de Munich en Champions League, et démontre son caractère en inscrivant un doublé de la tête pour réduire le score à 3-2, insuffisant pour permettre au Napoli de prendre un point à l’Allianz Arena. Il sera propulsé en séléction grâce au Napoli et jouera pas moins de 30 matchs. Il sera prêté à Getafe avant d’être vendu à Swansea. Il aura remporté 2 coupes d’Italie avec le club tout en ayant marqué 2 buts pour 64 matchs.

Mariano Andújar (2014–2015), le gardien international argentin est acheté par le Napoli afin d’avoir un rôle de numéro 2, il sera prêté à Catane avant de revenir au Napoli. Les mauvaises performance de Rafael Cabral le gardien numero 1 donnerons à Andújar une place de titulaire jusqu’à la fin de la saison. Il aura gagné sans jouer, la Supercoupe d’Italie 2014 contre la Juventus et aura joué à ce jour 27 matchs avant d’être prêté en Argentine.

Ceux à plus de 100 matchs.

Bruno Pesaola (1952–1960), l’ailier argentin aura laissé sa trace au Napoli, capitaine lors de la victoire contre la Juventus 2-1 à l’inauguration du San Paolo le 6 décembre 1959. Après avoir conquis le coeur des napolitains avec 8 saisons en tant que joueur, il l’aura conquis en temps qu’entraineur. Il aura entrainé le Napoli à 3 reprises et aura remporté la coupe d’Italie dès sa première année en temps qu’entraineur en 1962 soit le tout premier trophée de l’histoire du Napoli. Il aura joué 253 matchs et aura inscrit 27 buts.

bruno-pesaola-244733.660x368

Juan Carlos Tacchi (1960-1966), un autre ailier argentin qui aura marqué Naples. Alors en Serie B, il remportera la coupe d’Italie en 1962 et aidera le Napoli à remonter en Serie A. Mais l’argentin bien décidé a entrer dans l’histoire du Napoli continuera en marquant lors de la Coupe des Coupes devenant ainsi le tout premier joueur étranger a inscrire un but pour le Napoli en coupe d’Europe. Après 6 ans de bons et loyaux services, l’argentin prendra sa retraite au Napoli laissant un très bon souvenir aux tifosi. Il aura porté le maillot bleu à 127 reprises et aura inscrit 19 buts.

Tacchi-6

Hugo Campagnaro (2009–2013), le défenseur argentin rejoint les rangs du Napoli pour 5M€ en provenance de Gênes en 2009, il se fait une place de titulaire sur le flanc gauche dû à ses bonnes performances. Soldat de Walter Mazzarri il est titulaire la saison suivante et enchaine les bonnes performances paragraphées par une qualification en Champions League au point où il est régulièrement sélectionné avec l’Albiceleste. Il perdra peu à peu du temps de jeu mais remportera la coupe d’Italie 2012 contre l’ennemi de la Juventus. L’arrivée de Benitez ne lui garantira pas plus de temps de jeu et il quittera donc le Napoli pour l’Inter. L’argentin aura tout de même joué 144 matchs pour 4 buts et restera dans la mémoire des tifosi.

campa

Roberto Sosa (2004-2008), ROBERTO CARLOS SOSA, loin d’être le plus technique, c’était un tueur devant le but. Le bomber rejoint le Napoli, alors en faillite et en 3ème division. Il est le tout premier joueur à rejoindre le Napoli de l’ère De Laurentiis mais pas que. Le buteur prend de plus en plus d’ampleur au Napoli et enchaîne les performances décisives pour le club, l’amour des tifosi envers lui augmente de jour en jour et leur buteur les récompensera en faisant monter le club en D2. La liaison Sosa-tifosi est telle qu’il continuera a enchaîner les grosses performances jusqu’à propulser le Napoli en Serie A en 2007. Impensable il y a quelques années, mais Roberto Sosa aura mouillé le maillot jusqu’au bout et restera dans le cœur des tifosi pour la vie. Certains joueurs aurons marqué le Napoli avec des titres, lui aura marqué le Napoli avec le cœur et l’amour, en devant un véritable symbole pour les ultras de Naples. Il est le dernier joueur du Napoli à avoir porté le numéro 10, aujourd’hui retiré. L’un des joueurs les plus aimés de l’histoire napolitaine, il aura joué 131 matchs pour 30 buts. Peu importe le contexte il restera une légende du Napoli et aura travaillé dur pour le Napoli que nous aimons regarder chaque semaines.

23

Notre « Top 3 » argentin.

Gonzalo Higuain (2013-présent), l’argentin décide de quitter le Real Madrid, courtisé par Arsenal, la Juventus, mais aussi le Napoli, ayant vendu Cavani 65M€ au PSG. Le Napoli à la recherche d’un buteur arrive à convaincre Higuain et l’achète pour 40M€. L’engouement est tel que Higuain est accueilli par les tifosi brandissant le drapeau Argentin et chantant «Din Din,Din Din, Intervengo da Torino, Ha segnato Higuain». Gonzalo signe un contrat de 5 saisons au Napoli et aborde le numéro 9 du pur bomber. Il ne tardera pas à planter puisqu’il marque dès son premier match contre Benfica en match de pré-saison pour la victoire 2-1 et continuera en marquant des buts décisifs contre le Milan AC au San Siro notamment. Mais l’histoire d’Higuain commence un soir de Ligue des Champions le 18 septembre 2013. Le Napoli tombe une nouvelle fois dans le groupe de la mort avec Arsenal et le dernier finaliste de la Ligue des Champions le Borussia Dortmund. Pour le premier match dans un San Paolo chaud bouillant, le Napoli affronte le Borussia Dortmund de Lewandowski, Reus et Hummels, équipe de calibre, mais pas assez pour l’argentin qui marquera le premier but de la partie, et le speaker du Napoli profite de l’occasion pour faire hurler pas moins de 9 fois le nom de GONZALO HIGUAIN, moment qui fera le tour du monde et montrera tout l’amour que les tifosi portent à Higuain. Ce but aura permis au Napoli de battre les jaunes et noirs 2-1. Higuain réalisera de très bonnes performances en Champions League où il marquera 4 buts en 6 matchs de poules, tous au San Paolo, son dernier en date lors de cette édition fût contre Arsenal où il permit aux siens de remporter le match 2-0, insuffisant pour le Napoli qui est tout de même éliminé malgré le nombre identiques de points avec Arsenal et Dortmund. Higuain sortira de cette Champions League en larmes. Des larmes vite oubliées puisqu’il remportera la coupe d’Italie à l’issue de la saison contre la Fiorentina (3-1) et termine à la 3ème place synonyme de barrage de Champions League. La seconde saison d’Higuain commence très mal car le Napoli vaincu en barrage par Bilbao n’accède pas à la Champions, mais ça n’empêchera pas Higuain de réaliser une bonne saison jusqu’au match tant attendu par les tifosi, la Supercoupe contre la Juventus. La vieille dame marque dès le début du match grâce à Carlos Tevez, Higuain lui répondra en égalisant. Lors des prolongations Tevez marque à nouveau, Higuain lui répondra encore dans les dernières minutes pour aller aux tirs aux buts, là où Higuain marquera le sien contrairement à Tevez et permet au Napoli de remporter encore un trophée contre la Juventus. A son retour à Naples, Higuain est accueilli en héros à l’aéroport. La fin de saison sera moins heureuse, après avoir marqué en quart de finale contre l’Inter en coupe d’Italie et en quart de finale d’Europa League contre Wolfsburg, il se fera éliminer lors des demis finales des deux compétitions. Le Napoli n’a plus rien à jouer sauf une qualification en Ligue des Champions, à la dernière journée de Serie A face à la Lazio Rome qui a le même objectif. Alors que la Lazio mène 2-0 à la pause, Higuain inscrit un doublé et à l’opportunité de mené au score avec un penalty mais le rate, le Napoli perdra 4-2 et certains tifosi se questionnent déjà à son sujet. L’été d’Higuain est cauchemardesque, il rate son tir au but en finale de Copa America, mais peut compter sur l’amour des Napolitains voulant à tout prix qu’il ne quitte pas le Vésuve. Maurizio Sarri le nouvel entraineur napolitain à une discussion avec l’argentin et arrive a le convaincre « en 5 minutes » de rester. L’entente Sarri-Higuain marchera à merveille , Higuain plante buts sur buts et un soir de match contre le leader interiste, il marquera un doublé permettant au Napoli d’être leader de Serie A, chose qui n’était plus arrivé au Napoli depuis plus de 20 ans. La machine Higuain ne s’arrête plus de marquer et fait oublier Cavani. En effet il plante 36 buts en 35 matchs et devient le meilleur buteur de l’histoire de Serie A sur une saison et permet au Napoli de retrouver la Champions League. Record qui fera le bonheur de Naples au point qu’il soit célébré dans une église napolitaine. Higuain a écrit son histoire au Napoli et pourrait l’écrire encore plus en devenant le meilleur buteur de l’histoire du club dès la saison 2016-2017.

higuain_AP_Napoli-448007

Ezequiel Lavezzi (2007-2012), le Napoli vient d’arriver en Serie A et se doit d’avoir une équipe solide pour jouer les premiers rôles, et c’est pourquoi ils achètent l’ailier Ezequiel Lavezzi qui débarque d’Argentine mais dans un contexte particulier car il signe le 5 juillet, le même jour qu’un certain Diego Maradona il y a 23 ans de ça. « Pocho » Lavezzi signe pour 5 saisons et son transfert est évalué à 6M€. Le néo napolitain ne tarde pas à marquer son territoire en marquant un triplé contre Pise en coupe d’Italie, au San Paolo. Chose que les tifosi n’avaient pas vu depuis presque 15 ans. Le jeune argentin continue en marquant son premier but en championnat lors de la victoire écrasante 5-0 face à l’Udinese. Après ce match, tout le monde parle d’Ezequiel et il fait la une des journaux « Une star du Napoli est née ». Première victoire en Serie A depuis l’ère Maradona de quoi voir les comparaisons se faire. En effet Pocho Lavezzi est appelé le « nouveau Maradona». Comparaison bien trop grosse pour lui qui calmera le jeu en se comparant plutôt à Carlos Tevez. Rapide, physique, technique, son profil est adoré par les tifosi et réalise une première saison convaincante pour la suite de sa carrière napolitaine au point d’être appelé en sélection Argentine, qu’il ne quittera plus. Lavezzi est courtisé mais décide de rester et qualifie le Napoli pour l’Europa League où il marquera face à Liverpool notamment. La saison suivante, les performances de Lavezzi sont inconstantes mais il continue, cette fois-ci avec Cavani et Hamsik un des trio les plus redoutables d’Europe. Ce trio démontra sa valeur notamment en Champions League, la première du Napoli depuis des décennies. Le Napoli tombe dans le groupe de la mort avec la Bayern de Munich, Manchester City et Villareal, mais le club finira pas se qualifier à la surprise générale, et tombera sur Chelsea en 8ème de finale. C’est là que Lavezzi montre tout son talent et sort une de ses plus belles performances au San Paolo en inscrivant un doublé pour une superbe victoire 3-1 sur le géant anglais. Le Napoli se fera malheureusement éliminer au match retour en s’inclinant 4-1, contre le futur vainqueur de cette édition. Après une belle saison, Lavezzi remporte la coupe d’Italie 2012 face à la Juventus (premier trophée depuis 20 ans), il aura provoqué le premier penalty du match, permettant à Cavani d’inscrire le but du 1-0. Pocho Lavezzi après avoir fait grandir le Napoli et après lui avoir fait gagner un trophée, annonce son départ au PSG pour 33M€. Un départ, sans doute le départ qui aura engendré le plus de tristesse chez les tifosi. Lavezzi aura quitté le Napoli comme une idole à tel point qu’à son arrivée à l’aéroport, il est accueilli par les supporteurs napolitain de Paris.

lavezzi

Diego Armando Maradona (1984–1991), la légende du Napoli, l’un des meilleurs joueurs de l’histoire de ce sport, s’il y a bien un argentin dont nous devions parler c’est bien lui. Le gamin en or débarque aux pieds du Vésuve pour 12M d’euros le 5 juillet 1984, où il sera présenté devant 75 000 tifosi au San Paolo. L’aura de Diego sera telle que tous les napolitains lui ferons confiance avant même son premier match, voyant le joueur comme un dieu, les napolitains ne voyaient QUE Maradona. L’argentin ne cesse de gravir les échelons dans le cœur du peuple de Naples, et hérite du brassard de capitaine du vétéran Giuseppe Bruscolotti, joueur le plus capé de l’histoire du club, rien que ça. L’argentin file à la Coupe du Monde 86, la remporte, et retourne à Naples adulé par les supporters comme si la coupe du monde était napolitaine. On retiendra sa rivalité avec Platini, mais là encore, Michel est s’avouera vaincu. Diego fera gagner le tout premier Scudetto du Napoli en 1987 et gagne la Coupe d’Italie pour le doublé coupe-championnat. C’est là que Maradona deviendra une icône au Napoli, allant jusqu’à la religion, en témoignent les différents affichage religieux à son effigie réparties dans toute la ville. Le Napoli est qualifié en Coupe UEFA, et Maradona brille une fois de plus, aidant le Napoli a battre les Girondins de Bordeaux, l’ennemi, la Juventus de Turin, le Bayern de Munich et Stuttgart en finale. Finale où il aura tellement brillé qu’il recevra la note de 10/10, offrant par la même occasion la toute première coupe d’Europe de l’histoire du club. Le Napoli remporte 1 an plus tard un 2ème scudetto devant le grand Milan AC et écrase littéralement la Juventus de Turin 5-1 en Supercoupe d’Italie. Naples remporte des trophées et la légende de Maradona s’inscrit définitivement à l’encre indélébile. Diego se retrouvera dans plusieurs polémiques et scandales (fils illégitime, liens avec la Camorra (mafia napolitaine). En 1990 les offres pour Diego Maradona arrivent mais le club les repoussent, et c’est 1 an plus tard qu’il est arrêté par la police italienne où il est contrôlé positif à la cocaïne, il sera suspendu 15 mois et ne portera plus jamais le maillot du Napoli en tant que joueur. Ces scandales n’aurons strictement aucune influence sur l’amour que portent les tifosi à Maradona, il est malgré tout considéré comme un dieu vivant, même 25 ans après. Le club retirera même le numéro 10, en le justifiant comme étant le numéro de Maradona et de personne d’autre. La légende de Maradona garde une telle ampleur que même après sa carrière il garde une influence sur le Napoli, conseillant même à un certain Gonzalo Higuain de signer pour les partenopei. « El Pibe De Oro » continue à venir chez lui, au San Paolo pour soutenir les siens. Chose peu évidente néanmoins, vu le monde et l’engouement de la ville pour le retour de Diego, certains comparant même ça à : « la fin du monde ». Le petit argentin aura joué 7 saisons au Napoli, remportant 5 trophés, 2 Scudetti, 1 coupe d’Italie, 1 coupe d’Europe et 1 Supercoupe. Diego aura été monstrueux et reconnu par tous, Franco Baresi disait : « Quand Maradona est en forme, il n’y a aucuns moyens de l’arrêter », Paolo Maldini disait aussi : « Le meilleur joueur que j’ai affronté, c’est Diego Maradona ». Maradona restera à ce jour l’argentin le plus capé de l’histoire du club avec 259 matchs et en est le meilleur buteur, avec 115 réalisations.

maradona napoli4

 

Article co-écrit avec Aldo DS.