10 bonnes raisons de croire en Adam Ounas au Napoli.

Tout droit venu de Bordeaux après un passage controversé en Ligue 1, le néo napolitain a tout pour réussir à Naples, on vous explique pourquoi !

1 – Parce que, les tifosi.

La réputation des tifosi napolitains n’est plus à faire, la chaleur du San Paolo n’a laissé personne indifférent, jusqu’aux grands champions. Avec un public pareil, et surtout après ses belles déclarations sur la ville et le club, il va avoir un soutien de poids derrière lui, hein Kalidou ?

Soccer: Serie A; Napoli-Carpi

Si c’est pas du soutien ça …

2 – Parce que, le groupe.

On peut dire que là-dessus, on est gâtés. Le groupe est sûrement le plus soudé de ces dix dernières années, les images de Dimaro peuvent en témoigner assez facilement. Il y retrouvera des repères comme son compatriote Faouzi Goulham ou Amadou Diawara avec qui il a semble t-il, déjà tissé de beaux liens. Un plus pour son intégration.

Capture d_écran 2017-07-23 à 16.03.13

 

3 – Parce que, Maurizio Sarri.

Le style du maitre à jouer napolitain est très complexe et facilement reconnaissable par son identité très prononcée, les ailiers y sont très exploités et qui se dépensera sans compter saura se voir récompenser. Ca s’annonce bien pour un feu follet comme lui. Avec Sarri c’est assez simple, tu ne bosses pas tu ne joues pas, il saura donc lui amener cette discipline dont Adam aura cruellement besoin s’il veut passer un cap en Italie. A toi de jouer Adam.

Capture d_écran 2017-07-23 à 15.51.05

4 – Parce que, son temps de jeu.

Avec tout le respect pour nos amis bordelais, le Napoli vise d’autres objectifs : l’Europe, la Coupe d’Italie, le Scudetto … Il en faudra du turnover, Adam saura donc trouver facilement son temps de jeu. Rajoutons à ça que son concurrent direct à ce poste, José Callejón, a montré certaines limites face au but la saison passée malgré son importance tactique essentielle. Trois buts et trois passes décisives en matchs de préparation, il met déjà la pression sur l’espagnol. Il aura clairement une carte à jouer.

Capture d_écran 2017-07-23 à 15.52.05

José Callejón, mentor mais en première ligne.

5 – Parce que, Insigne, Mertens …

De Zola à Insigne et Mertens en passant par Diego, les petits au Napoli sont une tradition. Qui ne fantasme pas à voir un joueur d’un mètre soixante dribbler tout le terrain du San Paolo ? Demandez à Didier Roustan !

img-insigne-mertens-rivaux-mais-pas-trop-1491075963_580_380_center_articles-440983

6 – Parce que, pas de pression.

Malgré qu’il soit déjà la nouvelle coqueluche des tifosi napolitains, on ne peut pas dire que son transfert ai fait un énorme bruit sur le marché européen. Tant mieux ! Après ses soucis à Bordeaux, c’est exactement ce qui lui fallait, un nouveau départ loin des controverses. Il ne reste plus qu’à lui de se jeter corps et âme dans le travail dorénavant.

Capture d_écran 2017-07-23 à 16.02.13

Tu crois franchement qu’il ressent la pression là ?

7 – Parce que, l’histoire serait belle.

Oui, on en parlait juste au-dessus, mais après son « faux pas » en Ligue 1 ce serait beau de le voir réussir en Italie, tout le monde a le droit à une deuxième chance non ?

504media365-sport-news89fe3113fb9e625f941ae67e458079b8serie-a-naples-visite-medicale-lundi-pour-adam-ounas-bordeaux-2742559_bordeaux_ounas-1024x425_ext

8 – Parce que, l’équilibre du Napoli.

Ce Napoli a une chance énorme, c’est un mix presque parfait entre anciens, internationaux et jeunes prodiges … Il va pouvoir apprendre avec des promesses de son rang telles que Rog, Diawara, Zielinski auprès de vieux briscards comme Maggio ou Reina et s’inspirer de joueurs au top de leurs formes comme Hamsik ou Insigne. Pas mal non ?

Capture d_écran 2017-07-23 à 15.59.24

“ – Là tu te places de le half-space droit et t’es en position pour rafaler des mères ” ‘‘ – Ah ok. ”

9 – Parce que, la Serie A.

La Serie A, ce n’est pas la Ligue 1. Attention, on ne dit pas là que c’est mieux ( ou juste un peu ), mais c’est différent. Un joueur qui réussi en Ligue 1 ne réussi pas forcément en Serie A, et vice-versa. Le style est nettement moins physique et beaucoup plus adapté pour des joueurs très techniques avec une baisse de niveau global des défenses ces dernières années. Le nombre de buts inscrits n’a rien à envier aux autres grands championnats, à lui d’y contribuer maintenant.

18813239_1612405602165432_5471054744771935044_n

Meilleure attaque, tu connais.

10 – Parce que, on veut qu’il réussisse.

Bah oui, Adam c’est la famille.

Capture d_écran 2017-07-23 à 16.51.16

 

Interview de Raul Albiol « Finir ma carrière à Naples ? Peut-être. »

Après 4 saison pleines au Napoli, le défenseur espagnol Raul Albiol arrivé en provenance du Real Madrid a su s’imposer comme étant le patron de la défense napolitaine. Plusieurs rumeurs l’envoyaient en Espagne mais le défenseur a décidé de resté au Napoli, l’occasion pour lui de donner une interview. 

– Raul, c’est ta 5ème année au Napoli, la bonne pour le scudetto ?

– Oui, on sait qu’on a une équipe compétitive pour le scudetto. Ça sera difficile mais si on refait comme la phase retour avec de la continuité tout sera possible. Il y a la Juve, la Roma, le Milan et l’Inter. On veut gagner et joueur en Champions League.

albiol[1].jpg

– Comment le Napoli a grandi entre la première année de Sarri et maintenant ? 

– On a grandi techniquement et mentalement. On l’a montré sur la phase retour. On est très bien préparé pour le scudetto.

– C’est gratifiant de recevoir des éloges pour produire le plus beau jeu d’Italie et peut-être même de l’Europe ?

–  On joue un beau football mais c’est le moment de gagner quelque chose d’important. Nous devons être mauvais. On doit penser à gagner et à atteindre les objectifs en gagnant des trophées. L’équipe le sait. L’année dernière on a bien joué mais on a fini 3ème.

SSC+Napoli+v+AC+Chievo+Verona+Serie+Xo_dG26N1g-l[1]

– Qu’est-ce qu’il faut pour le rush final ?

– Nous devons poursuivre notre travail. Vous devez savoir souffrir et travailler avec humilité. Nous devons croire que nous sommes forts. Nous devons faire un effort pour atteindre l’objectif final.

albiol[3].jpg

–  Vous commencez la préparation comme vous avez terminé la saison, avec sérénité, concentré sur l’objectif, vous marquez beaucoup de buts.

– Oui mais je ne fais pas confiance en ça. On peut se faire trahir par les attentes. En été il y’a beaucoup de travail et il y a les barrages de Champions League, il y a un risque de produire des erreurs.

– La défense a souffert avec 39 buts encaissés. Comment améliorer ça ?

– Au final on a eu 86 points. Avec une mauvais défense tu ne peux pas faire ça. C’était une grosse saison. On peut s’améliorer. Notre style de jeu est offensif. L’objectif est de marquer plus de buts et d’en encaisser moins.

albiol_koulibaly[1].jpg

– Reina est important au Napoli à quel point ?

– Reina est important pour nous. C’est un expert. C’est sa 4 ème saison au Napoli, se battant sur et en dehors du terrain. Il a les qualités pour notre style de jeu. Il est fondamental et on espère qu’il restera avec nous.

reina-albiol-2[1].jpg

– La Juve est toujours sous le choc de sa défaite en finale de Champions League, La Roma est plus faible et les 2 Milans malgré les dépenses doivent apprendre à jouer ensemble. Le Napoli par contre joue avec les mêmes joueurs. Est-ce un avantage ?

– C’est un avantage d’avoir la même équipe. Mais on est prudent. Certains pensent qu’on a bien fait et que le titre nous revient. Au lieu de ça on devrait avoir plus de points et travailler encore plus que la saison dernière.

dimaro_pranzo_2[1].jpg

– Au passage, combien la Juve a perdue en vendant Bonucci ?

– C’était un joueur important pour eux. Mais c’est difficile car c’est pas un joueur qui change l’équipe. L’attaque peut changer l’équipe. C’est plus facile de remplacer un défenseur qu’un attaquant.

– L’année dernière, à ce moment là, il y avait de la dépression à Dimaro. Aujourd’hui il y a de l’enthousiasme et il y a un véritable assaut des tifosi qu’on avait jamais vu avant. Cela montre que les gens croient en vous. 

– Pour nous c’est important que les tifosi soient là. On veut donner de la joie à tout le monde. Tout les clubs veulent gagner le scudetto. Une seule équipe pourra célébrer et on espère que ce sera la notre.

– En tant que défenseur, comment explique tu l’exploit de Dries Mertens ?

– On savait qu’il était fort. La première année avec Benitez il a fait la différence sur le banc. Il a surpris tout le monde mais on savait qu’il était fort. Avec ses caractéristiques, il a été bien intégré et a marqué énormément de buts.

669171968[1].jpg

– L’attente vient aussi des familles, à quel point ça compte pour toi ?

– C’est très important. Je veux rester avec ma famille le plus longtemps possible. Pour mon travail j’ai besoin de sérénité à la maison et je l’ai.

– Une femme, 5 enfants et votre frère Miguel, comment vous vous déplacez ?

– Avec un bus.

– Pourquoi tu n’a pas joué contre Carpi ?

– Sarri devait reposer un défenseur et c’était moi. Les autres fois c’était les autres. Un peu de turnover.

albiol-napoli-aprile-2016-ifa[1].jpg

– Ça fait peur un peu de concurrence saine ?

– Non au contraire c’est meilleur pour tout le monde. L’entraîneur peut se sentir à l’aise car on est tous à un haut niveau. Au final on a tous les qualités pour remmener du bénéfice à l’équipe.

– Beaucoup de rumeurs t’envoyant en Espagne. Mais quel sera ton futur ?

– Je suis bien ici, je pense à faire une grosse saison. Après on verra. Je veux gagner le scudetto et après on verra pour mon futur.

– Pourrais tu finir ta carrière à Naples ?

– Finir ma carrière à Naples ? Peut-être. Ou en Espagne. Nous verrons. Maintenant je veux embrasser ma famille.