Les notes de la saison 2015/2016

La saison vient de se terminer, et l’heure est au bilan ! Napoli France vous a concocté les notes des joueurs napolitains, le barème étant sur 10 et toutes les compétitions sont prises en compte. C’est l’heure du conseil de classe, au tableau !

Reina (44 matchs joués, 34 buts encaissés)

Reina

 

6

 

 

 

4 sur le terrain, 8 dans les vestiaires. Le retour de Pepe a été quelque peu décevant concernant les performances sportives, on retiendra la déviation sur le poteau contre l’Inter comme unique fait d’arme. Par contre son charisme, son jeu au pied et son importance dans le vestiaires aura indirectement fait gagner beaucoup de point à l’équipe. Et puis son immense amour pour la ville napolitaine, on ne peut qu’approuver.

Rafael (0 match joué)

Rafael

 

non noté

 

 

 

Une année de perdue pour le peintre Rafael, choix bizarre d’avoir refusé plusieurs offres de prêts durant les mercati, son avenir semble désormais loin de la cité partenopea.

Gabriel (4 matchs joués, 5 buts encaissés)

Gabriel

 

non noté

 

 

 

L’ange n’aura prit son envole qu’une seule fois. Une seule en championnat contre l’Udinese soit l’un des pires matchs de la saison. Il sauve les meubles en stoppant un penalty mais est ensuite fautif sur un but en faisant un contrôle de 30 mètres … Sans option d’achat il retournera donc au Milan AC.

Maggio (16 matchs joués, 1 but)

Maggio

 

8

 

 

 

8, en hommage. « Un capitano non c’è più il capitano, il capitaaaaano » à bout de souffle depuis plusieurs saisons celle-ci fu celle qui le poussa définitivement sur le banc avec l’arrivé d’Hysaj. On se souviendra de son but en Europa League. 8, comme le nombre d’années de bon et loyaux services au sein du club, on regrette qu’un hommage ne lui soit pas accordé lors du dernier match …

Hysaj (43 matchs joués, 2 passes décisives)

Hysaj

 

8

 

 

 

La grosse surprise que personne n’attendait ! Alors qu’on ne misait pas un sou sur lui Elseid a passé son temps à martyriser les attaquants de Serie A à seulement 22 ans. Infranchissable, le mur Albanais est monté en puissance tout le long de la saison, progressant à chaque rencontre techniquement et tactiquement, une activité incessante. Des chiffres déjà impressionnants, sa marge de progression est encore énorme, le futur c’est lui.

Albiol (39 matchs joués, 1 but, 3 passes décisives)

Albiol

 

7,5

 

 

 

La tour de contrôle, la force tranquille, l’expérience et le phare de la défense napolitaine. Fini les moon-walk de 45 mètres Raul a retrouvé son niveau d’antan avec une saison absolument parfaite. « Nestalbiol » comme on s’amuse à l’appeler, aura été le véritable organisateur et relanceur de la première ligne napolitaine, on peut hélas craindre un retour dans son Valence natal.

Koulibaly (42 matchs joués, 2 passes décisives)

Koulibaly

 

8,5

 

 

 

Que dire hormis monstrueux ? Koulibaly a confirmé être l’un, voir le meilleur défenseur de Serie A. Kalidou aka la machine de guerre aura tout dévasté sur son passage. Le lion de la Teranga aura ébloui et impressionné tous les napolitains dont il est l’un des chouchous désormais. Vous l’avez élu révélation de la saison sur notre Twitter, bref, Colossal !

Chiriches (17 matchs joués, 2 buts)

Chiriches

 

6,5

 

 

 

Une tête sortie de nul part, un jeu atypique fait de dribbles et de risques fous, parfois trop, ce qui lui coûta cher, comme contre le Chievo. Mais Vlad a démontré être une valeur sûre et un remplaçant sur qui on peut compter, une première saison plus que satisfaisante pour le roumain.

Luperto (1 match joué)

Luperto

 

non noté

 

 

 

Une toute petite apparition ( le temps de faire une erreur de marquage ) histoire de montrer à la planète football qui a le plus gros flow.

Regini (1 match joué)

Regini

 

non noté

 

 

 

Une toute petite apparition histoire de montrer à la planète football qui a le plus gros flow, non on déconne, à voir ce qu’il a dans le ventre la saison prochaine ( enfin, s’il joue …).

Strinic (13 matchs joués)

Strinic

 

6

 

 

 

Une saison triste pour Ivan le terrible, très très peu de temps de jeu pourtant le croate a toujours démontré avoir un très bon niveau et être pétri de qualités. Il pourrait rebondir ailleurs afin de dégainer sa tête de mangeur d’enfants.

Ghoulam (38 matchs joués, 4 passes décisives)

Ghoulam

 

6,5

 

 

 

Une première partie de saison à l’image de sa saison dernière où les erreurs de marquage et les fautes de déconcentration étaient au rendez-vous. Mais en 2016 Faouzi s’énerve et montre de quel bois il se chauffe en sortant de grosses prestations comme contre le Chievo. Des progrès évident qui demandent encore à être confirmés la saison prochaine.

Jorginho (38 matchs joués, 6 passes décisives)

Jorginho

 

8

 

 

 

Mozart ! L’artiste, le touché de balle soyeux, la vision de jeu d’un extraterrestre, l’intelligence tactique d’un surdoué, le jeu en une touche de balle d’un fuoriclasse. Cette saison Jorginho a affolé les compteurs, les statistiques et les gros clubs étrangers. Le Napoli dans la poche, il a même ouvert les portes de la Nazionale cette saison ( à bientôt l’Euroe ? ). Petit Jorge a tout pour devenir un très grand joueur.

David Lopez (35 matchs joués, 1 but, 2 passes décisives)

David Lopez

 

5

 

 

 

Limité, trop limité et pourtant Dadou bénéficie on ne sait pourquoi des faveurs de son entraîneur, entrant pratiquement toujours en jeu. Le 12ème homme sans les qualités nécessaires. Enfin ne soyons pas méchant il a le mérite de faire ce qu’il peut en s’exécutant sans rechigner. Humilité.

Chalobah (9 matchs joués, 1 but)

Chalobah

 

6

 

 

 

Une saison gâché par un drame familiale, pourtant avant ça Chalobah avait démontré de très grosses qualités qui laissaient envisager le meilleur. Sans option d’achat il retourne à Chelsea.

Allan (43 matchs joués, 3 buts, 7 passes décisives)

Allan

 

7

 

 

 

Le gladiateur. Il est arrivé et a retourné plus d’une maman au milieu de terrain en automne avant un passage à vide hivernal. Toujours là pour faire le sale boulot il est d’une importance capitale. Cependant un peu trop chien fou par moment ce qui lui fait perdre beaucoup de lucidité. Potentiel monstrueux pour l’avenir.

Valdifiori (15 matchs joués, 2 passes décisives)

Valdifiori

 

5,5

 

 

 

La victime collatérale de l’explosion de Jorginho, dommage pour ce regista de grande classe qui n’aura jamais réussi à trouver sa place dans cette équipe. Il devrait lui aussi quitter le club afin de retrouver du temps de jeu, on te souhaite le meilleur Mirko.

Dezi (0 match joué)

Dezi

 

non noté

 

 

 

Une première partie de saison sur le banc l’autre à Bari où il a fait sensation en inscrivant beaucoup de buts, à suivre de près pour la suite !

Grassi (0 match joué)

Grassi

 

non noté

 

 

 

Une tête de canaille, c’est tout ce qu’on a pu voir de lui malgré un investissement de 8M son nombre de minute joué est égale au nombre de cheveux naturel de Conte : 0. Reconnu comme un très grand espoir du calcio on attend impatiemment ses débuts…

Hamsik (46 matchs joués, 8 buts, 11 passes décisives)

Hamsik

 

8

 

 

 

Il n’y a plus de mots pour décrire le génie de Marek … saison ÉBLOUISSANTE du capitano, soldat trop souvent dans l’ombre dans l’esprit des footix du net, la clé du milieu de terrain, c’est toujours lui. Des célébrations toujours aussi rageuses après tes buts, symbole de tout un peuple, tu es notre idole.

Insigne (42 matchs joués, 13 buts, 11 passes décisives)

Insigne

 

7,5

 

 

 

Chaud comme le pur napolitain qu’il est, Lorenzo a parfois des sauts d’humeurs agaçantes mais comment lui en vouloir face à son génie et ses buts merveilleux ? Des cassages de reins en veux tu en voilà, des coup-francs en lucarne et des caviars déposés pour ses petits copains, grosse saison de « il magnifico ».

El Kaddouri (26 matchs joués, 3 buts, 8 passes décisives)

El Kaddouri

 

6,5

 

 

 

Lui aussi en a cassé des reins mais malheureusement il a également été victime du peu de turn-over de Sarri. Malgré un temps de jeu maigrichon El Kaddouri a fait étalage de sa classe balle aux pieds en montant crescendo au fil de la saison. Prometteur pour la suite si le club décide de le garder à l’ombre du Vésuve.

Mertens (40 matchs joués, 11 buts, 7 passes décisives)

Mertens

 

7

 

 

 

Encore une fois « supersub » de luxe, notre petit feu follet belge a démontré que son explosivité pouvait mettre à mal n’importe quelle défense du championnat, en état de grâce contre Bologne, sa fin de saison à été importante pour remplacer un Insigne parfois à bout de souffle. D’un autre côté, même le génie de Sarri n’aura pas su gommer son plus grand défaut, son individualisme récurent, même s’il est moins marqué cette saison.

Callejon (47 matchs joués, 13 buts, 13 passes décisives)

Callejon

 

7

 

 

 

Encore une saison satisfaisante pour l’ailier espagnol, titulaire à quasi tous les matchs, Sarri le tient en estime et José se démontre être son couteau suisse sur le terrain. Clé d’un équilibre évident, on lui reprochera néanmoins son manque d’apport offensif. Muscle ton jeu José !

 

Gabbiadini (30 matchs joués, 9 buts, 3 passes décisives)

Gabbiadini

 

6,5

 

 

 

Oh Manolo mon beau Manolo ! Que ton élégance est belle à voir et que ta frappe de balle est pure et foudroyante. L’esthète a du se contenter d’un temps de jeu miséreux mais malgré ça il a su répondre aux attentes en remplaçant parfaitement Higuain ( malgré son match pauvre contre l’Inter ) lors de sa suspension. Son avenir reste en suspension avec cette saison quasi-blanche en matchs joués.

Higuain (42 matchs joués, 38 buts, 3 passes décisives)

Higuain

 

9,5

 

 

 

Pfff faut-il vraiment rajouter quelque chose face aux stats de cet énergumène ? Une saison plus que parfaite, incroyable, inoubliable, a chaque match Higuain a écrit l’histoire devant nos yeux ébahis. Ses exploits démentiels on les racontera à nos petits-enfants dans 50 ans encore. Grazie di cuore Pipita ! (9,5 et pas 10 car ce numéro est sacré…)

Sarri (48 matchs, 32 gagnés, 8 matchs nuls, 8 perdus, 1 insulte à Mancini)

Sarri

 

8

 

 

 

Peu donné cher de ta peau à ton arrivé, même le prophète Saint Diego avait douté de tes capacités et tu as tout de suite mis tout le monde d’accord en proposant l’un des plus beaux footballs d’Europe ! L’équipe a battu tous ses records, le scudetto n’est pas là mais ce n’est que partie remise, un grand merci Maurizio pour ton travail phénoménal ( PS : par contre il va falloir complètement revoir ta gestion du temps de jeu … )

Publicités

Les notes de Napoli-Genoa

genoa

Reina 5,5 – Pas vraiment au mieux sur le but, Pepe qu’on aime beaucoup a parfois du mal à réaliser les parades qui rapportent des points.

Hysaj 6,5 – Une fois de plus l’albanais sort un gros match, l’increvable Hysaj est à l’origine de l’égalisation avec une passe décisive pour Pipita.

Albiol 6,5 – Toujours aussi fort et aussi juste, Nestalbiol qui fait décidément une énorme saison se rachète de ses bévues d’antan. Toujours un temps d’avance sur son vis à vis.

Koulibaly 6 – En difficulté en première mi-temps et malheureux sur le but, Kouli aurait pu coûter cher cette fois-ci avec une grosse erreur d’inattention en seconde mi-temps. Sans conséquence et puis de toute façon comment lui en vouloir au vu de sa saison ?

Ghoulam 6 – Faouzi aussi était en difficulté au début du match du au bon pressing du Genoa, s’est bien repris en fin de match en apportant dans son couloir.

Jorginho 7 – Sélectionné en Nazionale petit Jorge a une fois de plus fait étalage de toute sa science du jeu. L’architecte a su tenir la baraque même dans les moments difficiles.

Hamsik 6,5 – En grande difficulté au début du match, mais même dans un jour moins bien Marek sait démontrer qu’il est un joueur à part en se démerdant toujours pour offrir 2-3 offrandes dont il a le secret.

Allan 6,5 – Le guerrier, celui qui ne relâche jamais, l’homme au trois poumons. Manque toujours un peu de lucidité par moment, le chien fou brésilien aura encore donner de sa personne.

Insigne 7 – Gros match de Lorenzo, techniquement au-dessus du lot comme toujours, ses mouvements, ses caviars sa rapidité d’exécution et son jeu en une touche de balle, un régal (remplacé par Gabbiadini 6,5 – Manolo c’est l’esthète, tout ce qu’il fait est beau, soyeux, raffiné, la classe incarnée, une passe décisive pour Omar)

Callejón 5,5 – Comme la semaine dernière : « Fantomatique l’espagnol semble accuser le coup physiquement » (remplacé par Mertens 6 – Trop de gâchis et de décisions personnelles encore une fois… On ne peut pas lui reprocher d’essayer mais bordel lève la tête Dries lève la tête !)

Higuain 8,5 – Monstrueux, un monstre. Il peut parfois rendre fou en manquant le plus facile mais derrière il claque le but de la victoire avec une enchaînement et une précision quasi-inhumaine (remplacé par El Kaddouri 6,5 – le temps de rentrer et de marquer, mérité pour l’international marocain qui n’a jamais déçu)

Les notes de Palermo-Napoli

palermo

Reina 6 – Pas grand chose à faire hormis des sorties aériennes et une belle claquette sur un tir vicieux de Vazquez en première.

Hysaj 6,5 – Toujours aussi sûr et solide défensivement, très actif avec beaucoup de monté en attaque, encore un match costaud de l’albanais.

Albiol 6,5 – Obtient le penalty en première période, son retour fait du bien à la charnière son entente avec Kalidou étant meilleure que celle avec Chiriches.

Koulibaly 6,5 – Monsieur propre, des interventions millimétrés et des ouvertures toujours aussi précises et intelligentes.

Ghoulam 6,5 – Pour une fois Faouzi s’est plus fait remarquer pour sa solidité défensive que par ses montées balle au pied, pourvu que ça dure.

Jorginho 7,5 – Une intelligence de jeu incroyable, l’organisateur du jeu napolitain ce soir a fait part de sa technique et de sa vision footballistique au dessus de la moyenne.

Hamsik 6 – Un peu moins étincelant qu’à l’habitude Marek avait un alibi il était malade, de toute façon il sera toujours excusé, toujours. (remplacé par David Lopez – non noté)

Allan 6,5 – Une montée en puissance, Allan a commencé le match discrètement avant  de briller dans le combat final. Toujours aussi volontaire et accrocheur le brésilien a fait le taf comme disent les jeunes.

Insigne 6 – Lorenzo a un péché mignon, croquer devant le but, encore ce soir il rate malheureusement plusieurs face à face avec Sorrentino (remplacé par El Kaddouri -non noté)

Callejón 6 – Fantomatique l’espagnol semble accuser le coup physiquement comme un bon nombre de joueur napolitain (remplacé par Mertens 6 – quelques bonnes combinaisons avec Higuain, du mouvement et de la provocation balle au pied c’est ce qu’il sait faire.)

Higuain 6,5 – Malgré son but Pipita ne sort pas un gros match, pas mal de mauvais  choix. A également tendance à trop décrocher faute de vouloir participer au jeu.

Les notes de Napoli-Chievo

vlad

Reina 6 – Impuissant sur le but Pepe nous régale encore de trois-quatre relances de 80 mètres dans les pieds !

Hysaj 6 – Moins éblouissant qu’à l’habitude mais toujours aussi sûr et régulier, dans son couloir droit personne ne passe.

Chiriches 6,5 – Fait le zouave en début de match avec une erreur guignolesque mais Vlad se rattrape bien en donnant l’avantage avant la mi-temps, mais arrête de nous faire peur comme ça…

Koulibaly 8 – Aucune passe manquée, 100% de ses duels remportés, Kalidou est sur une autre planète, un monstre !

Ghoulam 8 – Le meilleur match de Faouzi depuis son arrivé, une activité incroyable, 4 poumons et une flopée de caviar distribuée dont un pour l’égalisation d’Higuain.

David Lopez 5,5 – On a pas envie d’être méchant mais les lacunes de David Lopez commencent à se voir cruellement surtout pour le jeu prôné par Sarri… (remplacé par Alan 6,5 – Quasimodo rentre et chicagne au milieu, il désert une offrande à Callejon pour le troisième but)

Hamsik 7 – Marekiaro c’est l’architecte, la plaque tournante, l’homme par qui le jeu se fait et par qui tous les ballons passent, la classe incarnée. (remplacé par Chalobah – non noté)

Jorginho 6,5 – Petit Jorge aka l’esturgeon, il distribue les caviars à qui en demandent, son bijoux de passe pour Chiriches est une pure merveille, sacré footballeur lui aussi…

Insigne 6,5 – Remuant et actif Lorenzo a fait un bon match sans non plus sortir la prestation XXL, on espère vite un but de notre napolitain qui vit des moments extra-sportifs délicats (remplacé par Mertens non noté.)

Callejón 6,5 – José Maria a fait du José Maria, beaucoup d’occasion, énormément de course et pas mal de roulé-boulé par terre, il marque le but qui clos définitivement le match.

Higuain 7 – Dans tous les coups dangereux, Pipita remet très  vite le Napoli dans le match, il touche la barre et rate plusieurs fois le doublé dommage.

Les notes de Napoli-Empoli.

att0

Victoire 5-1 de Naples cette après-midi au San Paolo contre l’une des équipes les plus difficiles à jouer en Serie A. Match plein de la bande à Sarri. Les notes:

Reina 6 – Impuissant sur le but et très peu sollicité, Pepe aura été la quand il le fallait.

Hysaj 7 – Quel match de l’albanais face à son ancienne équipe! Impressionnant, il monte en puissance de match en match. Qui peut le stopper?

Albiol 6,5 – Toujours aussi bonne l’entente avec avec KK. Récupération OK, relance propre et se permet quelques fois des montées. Cool Raul.

Koulibaly 6,9 – Kalid enchaine les grosses performances. C’est un cauchemar pour les attaquants adverses.

Ghoulam 6 – Solide défensivement Faouzi a réalisé un bon match. Il a pris très peu de risque offensivement, peut-être parfois oublié.

Allan 7 – Éblouissant, de la première à la dernière seconde. Solide dans la récupération, la construction et la perforation, non Allan n’est pas portugais.

Hamsik 7 – Prestation XXL pour Marekiaro. Mêlant esthétisme et efficacité, il est peut-être au sommet de son art. Grazie Mister Sarri (9,5 – pour le jeu proposé par le Napoli depuis le début de saison) pour nous avoir rendu notre Capitaine. (remplacé par David Lopéz – non noté)

Jorginho 6,5 – Encore un gros match pour Jorge qui régule le jeu du Napoli. Très propre comme d’habitude il donne l’impression d’être à seulement 20%. Il est en harmonie avec l’espace et le temps, quelle élégance!

Insigne 8 – Que dire de Lorenzo? Il permet au Napoli de revenir dans le match grâce à une passe lumineuse pour Higuain et un coup franc maradonnesque. Il continu de faire chavirer le San Paolo à chacune de ses accélérations fulgurantes. (remplacé par Mertens 6,5 – deux passes décisives pour Trilly en 15 minutes, c’est comme ça qu’on t’aime Dries.)

Callejón 7,5 – Début de match timide de José, deux trois passes ratées et la machine Callejon est lancée. La deuxième mi-temps est pour lui, 2 buts et demi. Ses dernières prestations sont remarquables.

Higuain 7 – Très bon match encore une fois de Pipita, à l’inverse de Koulibaly lui c’est un cauchemar pour les défenses adverses. 22 matchs, 22 buts rien à rajouter. (remplacé par Manolo Gabbiadininon noté)

Le San Paolo 10 – Il accompagne l’équipe à chacune de ses actions, chante durant toute la rencontre et que dire de ces fins de matchs où un giorno all’improvviso est repris par tout le stade?

Les notes de Napoli-Inter.

 

Reina 5,5 – Pratiquement rien eu à faire des 90 minutes, quelques relances ratés qui auraient pu être évitées.

Hysaj 6,5 – Surement le meilleur, de plus en plus impressionnant, infranchissable l’albanais s’impose petit à petit comme un latéral de référence, chapeau.

Chiriches 6 –  Propre de la première à la 90 minutes, difficile de lui reprocher quoique ce soit.

Koulibaly 6 – Voir Chiriches.

Strinić 5 – Une grosse déception ce soir, Ivan a enchaîné les maladresses et les erreurs techniques. Jamais dans le bon tempo un match à oublier très vite.

Allan 5,5 – Match moyenasse pour le brésilien qui sort tôt en seconde (remplacé par Hamsik 6 – apporte sa technique et sa vision de jeu, insuffisant pour changer le score)

Valdifiori 5 – Voir Strinic…

David Lopez 4,5 – D’une nullité affligeante. Résume à lui tout seul la déchéance du football italien : miser sur des étrangers en carton plutôt que sur des jeunes bien meilleurs (remplacé par Jorginho non noté –)

Callejón 5,5 – Malgré de bonnes intentions et beaucoup de course José Maria n’arrive décidément pas à peser lorsqu’il s’agit d’attaquer…

Gabbiadini 5,5 – Souvent mal ou pas servit pas ses partenaires Manolo est l’auteur d’un match trop discret. Il aurait du redescendre plus bas pour participer d’avantage au jeu (remplacé par Higuain non noté –)

Mertens 3 – Insupportable grotesque et ridicule. Il ne joue que pour sa gueule, individuel au possible, des pertes de balle à gogo et des simulations pitoyables, exclusion ultra mérité.

Koulibaly, sans maîtrise la puissance n’est rien

kouli1

Recruté à l’été 2014 grâce à Benitez, celui qui fait désormais la fierté de la cité de Kellermann à Saint-Diè des Vosges a fait bien du chemin depuis. Une formation compliquée à Metz malgré une coupe Gambardella il s’exile à Genk en Belgique pour exploser avant d’être recruté (8,5M) par le Napoli où il débarque dans l’anonymat le plus complet. Désormais Koulibaly est connu et reconnu comme l’uns des meilleurs défenseurs centraux d’Italie. Kalid c’est un physique impressionnant, des qualités athlétiques naturelles avec une vitesse et une force énorme. Mais pas que, sans maîtrise la puissance n’est rien, c’est un roc extrêmement doué avec ses pieds. On se souvient de quelques gestes comme des roulettes zidanesques, des talonnades, des montées balle aux pieds orgasmiques, des ouvertures pirlesques. Intelligent tactiquement et avec une très bonne vision de jeu, difficile même de lui trouver des défauts hormis peu être un excès d’engagement par moment facilement corrigeable. Avec lui la défense napolitaine si décriée est devenue stable. Le nombre de victime de Koulibaly s’élargie au fil des matchs, dernièrement Dzeko qui a prit la misère pendant 90 minutes peut en témoigner. Impassable, infranchissable, infatigable il est le cauchemars de ses adversaires.
kouli2

Certains interistes hurleront « Murillo » mais Koulibaly est clairement le meilleur défenseur de cette moitié de championnat. Et lorsque l’on sait le niveau général des défenseurs centraux, on peut affirmer sans enflammade que Kouli fait partie des tous meilleurs au monde ! Trop tôt pour le dire affirmeront les derniers septiques, quoiqu’il en soit ce genre de hiérarchisation ne lui fera pas prendre le boulard comme on dit, car Kalidou c’est avant tout un model d’être humain. Toujours dans le respect, aucun geste d’humeur, jamais de sales coups à l’adversaire, aucune simulation ou de mauvaise réaction, un homme, un vrai. Humble et discret même lorsqu’il est mit sur le banc par Britos en fin de saison dernière, l’ancien messin semble déjà très mature pour son âge (24 ans seulement). L’avenir ? On l’espère au pied du Vésuve, il sera certainement très demandé mais l’exemple de Cavani est là pour montrer que l’argent ne fait pas le bonheur. Il suffit de voir son visage illuminé lorsqu’il chante et saute au pied de la curva avec ses coéquipiers, cette ferveur n’est possible qu’à Naples ! Pour ce qui est de la scène internationale Koulibaly avait commencé avec l’équipe de France au tournois de Toulon puis finalement appelé par le Sénégal il fait le choix du coeur et opte pour les lions de la Téranga. Pour la blague souvenons-nous que lorsqu’il était encore sélectionnable avec l’équipe de France Didier Deschamps lui préféra Mapou Yanga M’Biwa…. (véridique). En tous cas nous on se sent Kalidou Koulibaly !

 

 

 

Les notes d’Empoli – Napoli

Reina 6 – Impuissant une nouvelle fois, a beau gueuler pour tenter de recadrer un défense calamiteuse, rien n’à faire…

Maggio 2 – Christian on t’aime beaucoup pour services rendus mais sans déconner va faire du cécifoot ou autre chose mais le foot arrête…

Albiol 2 – Certains chanteurs font une carrière sur un tube en vivant de la sacem, désormais des joueurs sont titulaires grâce à leurs palmarès !

Chiriches 3 – Une calvitie Zidanesque qui n’arrange rien à un physique déjà très ingrat, non vraiment Vlad tu n’as rien pour plaire. Mauvais match comme toute la défense.

Hysaj 2 – Inquiétant, décidément très inquiétant l’albanais. Un très mauvais match, on lui laissera cependant le temps de s’acclimater à son nouveau club.

Valdifiori 4 – Lui aussi aura le bénéfice de l’acclimatation, mais ses prestations n’en sont pas moins mauvaises. Il va falloir se ressaisir Mirko ! (Remplacé par Jorginho 5,5 n’a absolument rien apporté à part commettre des fautes inutiles)

Allan 6,5 – Partout et nul part à la fois, des choix bizarres et beaucoup de fautes, Allan réussit tout de même à marquer et laisse présager un gros potentiel.

Hamšík 6,5 – L’un des meilleurs pour ne pas dire des moins pires, Marek est l’auteur d’un match plus que correct avec de belles distributions au coeur du jeu.

Insigne 7 – L’homme du match côté napolitain à n’en pas douter. Très bonne première période pour le napolitain pure-souche, puis la seconde sera plus compliquée notamment dû à une baisse de régime physique (Remplacé par Callejon non noté – rentre rate une occasion et tire sur le poteau en fin de match)

Gabbiadini 6,5 – Manolo devait prouver qu’il avait sa place dans le onze de départ, mission réussite puisqu’il est à l’origine des deux buts avec deux passes décisives dont une sur Allan de toute beauté ! (Remplacé par Mertens 5,5 – certains diront qu’il a amené du dynamisme mais Dries nous déçoit encore à ne jouer que pour sa poire. Trop des mauvais choix malgré plusieurs beaux dribbles)

Higuain 5 – Le Gonzalo des mauvais jours, quand ça ne veut pas ça ne veut pas. Le peu d’occasion à se mettre sous la dent Pipita les aura manqué, des erreurs techniques inhabituelles pour son niveau. Un match à oublier pour lui comme pour toute l’équipe…

Les notes de Napoli-Sampdoria

Reina 7 – Ne peut rien sur les deux buts, réalise deux énormes parades sur deux minasses de l’excellent Muriel. Son jeu au pied et toujours aussi impeccable.

Maggio 5 – Très peu de montée dans son couloir, souvent débordé, marquage approximatif, inquiétant…

Albiol 1 – Nullissime, calamiteux  ! Coûte deux très précieux points à son équipe. N’a plus le niveau depuis des mois et des mois mais son CV lui permet d’être encore titulaire…

Koulibaly 7 – Gros match de Kouli, des interventions importantes et autoritaires. Absolument pas aidé par son collègue en charnière centrale qui aura flingué le match !

Hysaj 6 – Rien eu à faire pendant 45 minutes, puis il a semblait flancher physiquement en seconde, lui aussi sera très peu de monté dans son couloir. (Remplacé par Ghoulam non-noté retrouve les terrains après sa suspension)

Valdifiori 6 – Plus que discret dans la distribution du jeu on attend beaucoup mieux de la part de ce maestro (Remplacé par Jorginho non-noté n’a absolument rien apporté à part gâcher des coups de pied arrêtés)

Allan 6 – Assez brouillon voir maladroit jusqu’à sa belle passe décisive pour Higuain puis plus rien, lui aussi semble flancher physiquement. (Remplacé par David Lopez 4 – à partir de son entré le Napoli a joué en infériorité numérique)

Hamšík 6,5 – Marek s’est contenté de distribuer quelques bonbons à droite à gauche, à ce poste le slovaque napolitain retrouve de belles couleurs.

Insigne 7 – Dans tous les bons coups en première période, très actif parfois un poil gourmand mais Lorenzo aura régalé le San Paolo de quelques gestes dont il a le secret. Il doit cependant progresser dans le dernier geste s’il veut franchire un palier.

Callejon 6 – Toujours aussi actif en ce qui concerne le travail défensif mais toujours aussi invisible sur le plan offensif. A le mérite cependant de tenter un ciseaux retourné qui aurait fait le tour du web… mais loupé.

Higuain 7 – Une première mi-temps parfaite : finition impeccable, Gonzalo semblait de retour et avait, chose incroyable, le sourire ! Puis en seconde il replonge dans ses travers à gueuler comme un putois sur tous ce qui bouge. Mauvais choix et maladresse, également des déchets dans le jeu en remise.

Après-match, Hellas Verone 2-0 Naples

« Comme d’habituuuuuude » chantait Claude François, et oui une nouvelle désillusion pour les napolitains, avec à la clé toujours les mêmes constats. Dépitant voir désespérant, quand-est-ce que le Napoli deviendra grand ? 

Tout démarra mal pour les azzurri, dès l’entame du match l’Hellas met une grosse pression aux visiteurs, pressing, intensité, les locaux gagnent tout leurs duels. Le Napoli est dépassé par les événements, la panique s’installe quand Andujar par aux champignons sur une sortie qui sera finalement dégagée en corner par Britos. Mais le ton est donné et ce n’est qu’un début, ce qui devait arriver arriva, sur un super mouvement de Toni, le vieux briscard profite de plusieurs contres favorables pour ouvrir la marque. Le Bentegodi explose et les hommes de Mandorlini n’auront désormais qu’une idée en tête : tous dans la surface et on dégage loin devant. Le Napoli s’est fait piéger mais il reste du temps, Inler et ses copains reprennent le ballon et imposent petit à petit leurs jeu, mais c’est terriblement timide. Sans idée, sans envie et sans réaction d’orgueil le Napoli fait du pousse-ballon. Des passes verticales, en retraits, le tout en marchant on se demande bien comment les partenopei vont trouver la faille avec un Hellas très regroupé dans sa propre surface. Duvan Zapata d’un beau mouvement en pivot puis Mertens de la tête essayeront mais rien à faire le score ne bouge pas à la mi-temps. Au retour des vestiaires l’Hellas aggravera la marque sur un nouveau contre avec encore une fois Toni à la baguette. Le match semble plié tant le Napoli semble amorphe, Benitez s’énerve et semble bien être le seul napolitain à vouloir ramener des points de Vérone. Gabbiadini, Higuain et Callejon rentreront en jeu mais rien n’y changera. Les napolitains sans idée et sans conviction sont en plus malchanceux, sur une superbe frappe de Gabbiadini c’est le montant de Benussi qui repousse la tentative, pas sûr que ça aurait changé quoique ce soit ceci dit. Score final 2-0, défaite méritée, et très mauvaise opération au classement en attendant les résultats de la Roma, de la Lazio et de la Viola.

Le plus inquiétant c’est que la manière préoccupe plus que le résultat, car les faux-pas peuvent arriver à tout le monde, l’ennuie c’est qu’il se répètent encore et toujours pour le Napoli avec les mêmes constats alarmants. Cela donne même l’impression qu’une équipe de serie B pourrait facilement battre Naples avec beaucoup d’envie et en verrouillant derrière. Le manque de réaction pour ne pas dire le manque de couilles est un défaut qui persiste depuis maintenant deux ans et Benitez expérimenté comme il est, n’a toujours pas trouver de remède à ce mal récurant ? Comment le Napoli qui est une équipe qui vise la deuxième place du classement, peut se faire bouger comme une vulgaire équipe de poussins sans expérience dès le début du match ? Où sont les leaders qui rameutent les troupes lorsque le navire tangue ? Pourquoi aucun changement de rythme, aucune initiative personnelle, aucune réaction d’orgueil durant 90 minutes ? Mentalement l’équipe semble fragile comme une pucelle sans défense dans une ruelle étroite un soir d’hiver. Où est l’esprit cynique et compétiteur des grandes équipes que devait nous inculquer Benitez ? Qui sont les réels leaders sur le terrain et où est l’expérience quand on se fait piéger aussi naïvement ?

Aucun impact dans le jeu, aucun dépassement de fonction de la part d’un joueur, une stérilité déprimante dans la possession de balle. Ce constat terrible a déjà été dressé une bonne dizaine de fois (toujours contre des petites équipes), ce n’est donc absolument pas normal qu’au mois de Mars dans la période la plus importante de la saison l’équipe se fasse piéger une fois de plus. Si chacun a ses responsabilités certaines prestations individuelles posent question, David Lopez montre de plus en plus ses limites, a t-il réellement le niveau pour cette équipe ? De Guzman multiplie les mauvais choix, inoffensif dans le jeu lui aussi n’a encore jamais démontrer avoir le niveau d’un titulaire. A noter le nouveau très bon match d’Inler, la seule note positive de la soirée finalement. Ne tombons pas cependant dans le catastrophisme, le Napoli reste dans la course en championnat et est très bien parti en Europa League et en coupe. Mais le véritable mal du Napoli est là, ce sont ces matchs et ces erreurs qui font toute la différence au classement et qui nous privent années après années du scudetto.

Forza Napoli sempre