La French Touch du Napoli

Petite parenthèse historique sur Napoli France qui vous propose de se remémorer les joueurs français ayant vêtu la tunique napolitaine. Ils sont au nombre de six. Vous les avez tous ? Pas sûr. Six joueurs français ont donc porté le maillot azzuro sur leurs épaule, bénites à jamais (!) Pour des passages plus ou moins marquants.

Laurent Blanc, le premier. (1991/1992)

Lolo Blanc

A l’aube de la saison 1991/1992, le Calcio n’a plus eu la chance de compter un joueur français dans ses rangs depuis plus de quatre années déjà et un certain Michel Platini. A l’issue d’une saison 1990/1991 plutôt réussie avec Montpellier (15 buts, meilleur buteur du club), Laurent Blanc veut franchir un nouveau cap. Il décide de goûter aux joutes de la Série A et pose ses valises au pied du Vésuve à l’été 1991. Il n’aura donc jamais la chance de fouler la pelouse du San Paolo en même temps que Diego Maradona. Qu’importe.

Son entraîneur ? Claudio Ranieri. Son compère de défense ? Ciro Ferrara. Le futur champion du monde 1998 était donc bien entouré au Napoli. Au final, saison solide, pion essentiel du dispositif (31 matchs sur 34), mais Blanc ne se fera jamais aux tactiques de Ranieri qui le cantonnaient à un rôle trop défensif selon lui. Il retourne donc dans le championnat de France à l’issue de la saison.

Alain Boghossian, le plus adulé. (1994-1997)

Alain Boghossian NAPOLI PANINI 1995-96

C’est après la relégation de l’OM en deuxième division qu’Alain Boghossian est transféré au Napoli lors du mercato estival de 1994. Il restera trois saisons complètes au club, pour un total de 69 matches (4 buts). Boghossian a toujours tout donné pour le club et les supporters le lui ont bien rendu. La ferveur des supporters napolitains l’a beaucoup marqué, le San Paolo également. Comme il le dit si bien « Le San Paolo c’est grandiose. […] Il y a quelque chose de spécial. »

Alors pour ton dévouement sans faille pour le club, pour ton implication de tout instant sur le terrain, pour ces trois années d’investissement total, pour tout cela, on te dit grazie mille Alain.

Il sera transféré à la Sampdoria de Gênes à l’été 1997.

William Prunier, erreur de casting. (1997/1998)

William PRUNIER NAPOLI PANINI 1997-98

Après 13 années à sillonner le championnat de France, entrecoupées de deux exils européens (Manchester United et Copenhague) et fort d’une saison 96-97 complète à Montpellier , William Prunier décide de tenter l’expérience italienne et s’installe donc dans la baie de Naples.

Promis à un avenir radieux dans le club, celui qu’on surnomme « La Prune » ne réussira jamais vraiment à s’imposer et trouver sa place dans l’effectif. Au compteur seulement six petits matchs disputés et une descente en Série B pour le Napoli.

Barré par Francesco Baldini et l’immense Roberto Ayala, le français sera transféré à l’issue de la saison dans le club belge du KV Courtrai.

Reynald Pedros, talent gâché. (1997/1998)

Pedros napoli

Le moins que l’on puisse dire c’est que le passage de Reynald Pedros au Napoli ne restera certainement pas le meilleur souvenir de sa carrière.

Arrivé à Naples en prêt de Parme (l’axe Napoli-Parma étant très actif durant les années 90), Reynald Pedros ne restera que trois petits mois au Napoli, de septembre à décembre 1997. A peine le temps de croiser de William Prunier donc, de disputer quatre matchs et puis s’en va. Sa saison se finira à l’Olympique Lyonnais où ce ne fût guère mieux. La suite de sa carrière non plus d’ailleurs.

Tu n’aurais jamais dû quitter les canaris Reynald …

Anthony Réveillère, fidèle serviteur. (2013/2014)

405

Après plusieurs tentatives de départs de l’Olympique Lyonnais (au PSG en 2012 et à l’OM en 2013), le latéral français signe à Naples en novembre 2013. Sous Benitez, le latéral droit de formation était la plupart du temps utilisé sur le coté … gauche. Ah, décidément Rafa. Malgré un faible total de 18 matchs joués et huit mois passés au pied du Vésuve, Réveillère ne s’est jamais plaint et était beaucoup apprécié par les supporters, et il le restera. Car il mouillait le maillot, et rien que ça, à Naples on sait ce que ça représente.

Vainqueur de la coupe d’Italie cette année là, Réveillère restera marqué par son passage au club mais aussi dans la ville. A la fin de la saison son contrat ne fut pas prolongé par le club.

Eddy Gnahoré, le petit nouveau. (2016-?)

Eddy Gnahoré

Son nom ne vous dit rien ? Vous ne l’avez jamais vu porter les couleurs du Napoli ? C’est normal. Eddy Gnahoré est un jeune (22 ans) français que le Napoli est allé cherché à Carrarese. Club de Série C dont le président n’est autre que Gianluigi Buffon. Arrivé au mercato hivernal 2016, le français à tout de suite était envoyé en prêt du coté de Carpi. Le milieu de terrain a notamment connu Paul Pogba et Geoffrey Kondogbia en sélection française U18. Passé par Manchester City en jeunes, il est doté de grandes qualités techniques et une intelligence de jeu au dessus de la moyenne. En espérant que son futur soit radieux dans la belle baie de Naples.

Crédit photo :

http://www.olschoolpanini.com

http://www.alfredopedulla.com/uploads/p1a7irnfe31do4a8t1imf45ff7u3.jpg

http://www.10maggio87.it/scheda/Pedros/

Publicités

IL FAUT SAUVER LE SOLDAT MANOLO

On aurait pu commencer cette article par il était une fois mais bon…

L’histoire débuta le 5 janvier 2015, à Naples. On apprenait la signature d’un certain Manolo Gabbiadini, jeune talent qui a du ballon dans les Gênes en provenance de la Sampdoria. Tout les supporters napolitains s’en réjouissent. Manolo? c’est le genre de gars capable d’enflammer une fin de saison, tout le monde en est conscient, de plus avec la blessure de notre Scugnizzo et une animation offensive en déclin, on en avait vraiment besoin. Donc 13 millions d’euros déboursés dont 6.25 qui vont dans les caisses de la Juve? peu importe, ce n’est pas une histoire d’argent mais bien une histoire d’amour qui est sur le point de commencer. En effet, Manolo ne met pas bien longtemps à s’intégrer, bien au contraire il marque 4 buts au cours de ses 2 premiers mois à Naples et délivre quelques passes décisives. Très polyvalent il peut évoluer en pointe, sur les ailes ou en soutient du buteur. Les semaines passent et Gabbiadini enchaine les bonnes prestations, d’autant plus quand il est remplaçant. Entre buts, passes décisives et gestes de grandes classe, il termine la saison avec 11 buts. Manolo s’est fait une place plus ou moins grande dans le cœur d’un nombre important de napolitains, malgré cette fin de saison cauchemardesque.

Manolo+Gabbiadini+SSC+Napoli+v+Udinese+Calcio+pDnqg-y0TDnl

Juin 2015: c’est le début du mercato éstival, les offres pour Manolo sont nombreuses. Aucune raison de le vendre mais vraiment aucune. De Laurentiis est clair, avec Manolo on est en bonne Campanie donc il reste. Bon oubliez ce jeu de mot mais retenez le fait que de nombreuses équipes dont l’Inter veulent piquer le Soldat Gabbiadini. #GabbiadiniNonSiTocca. J’oubliais, entre temps, on annonçait Jurgen Klopp à Naples mais c’est un certain Maurizio Sarri qui viens poser ses clopes au pied du Vésuve. Napolitain de naissance, Don Pietro…euh Maurizio sort d’une saison mémorable avec Empoli. En plus d’accrocher les grosses écuries de Serie A (dont une victoire 4-2 sur notre Napoli) Sarri propose un jeu très alléchant mêlant jeu court, jeu long, jeu rapide porté vers l’avant bref jeu, on avait presque oublier le mot avec Don Rafa (qui a tout de même fait du bon travail sans pour autant réussir sa mission).

b765fa1f9b933fbbaf5ea50782dec27964aad400

Et Manolo dans tout ça? La plupart des supporters agacés par la fin de saison cataclysmique de José Callejon voient en Sarri, l’homme capable d’aligner dans son 4-3-3 une attaque Insigne-Higuain-Gabbiadini. Oui ça fait rêver. Mais le temps nous donnera tout sauf raison, confirmation le 30 Aout après un triste 2-2 face à la Sampdoria au San Paolo. Manolo passe tout le match sur le banc. Attention, Maurizio, attention.

Les jours défilent et; Naples sort la tête de l’eau, Naples marche sur l’eau, Naples s’envole.

Avec un Insigne impressionnant et un Higuain inqualifiable, il reste une place devant. Et bien cette place c’est celle de Callejon, éternel bosseur, à défaut de marquer des buts et d’apporter un vrai plus offensivement, José est un génie tactique, son implication dans le secteur défensif est remarquable tout comme son entente avec Hysaj puis ajouté à cela très peu de perte de balle et bien d’autres atouts comme sa condition physique par exemple. Gabbiadini gratte du temps de jeu via l’Europa League (4 matchs 4 buts) et très peu en championnat, il marque 2 buts tout de même dont un majestueux face à Frosinone suivi d’une « célébration » qui en dit long. Pas mal, vraiment pas mal. Entre temps, le soldat Manolo s’était blessé et ça n’a logiquement pas arrangé le « malaise » Gabbiadini.

12647525_775795315854855_1987461149281705408_n

6 Janvier 2016: Image mémorable lors de Napoli-Torino, pincement au coeur malgrès la victoire quand on voit sur nos écrans le visage fermé de Manolo après le 3ème changement de Sarri, Lorenzo fraichement sorti se tient à coté de lui, la main sur son épaule, quelle belle image quand même. Sortez les mouchoirs…

12509906_766400176794369_7825795257251669016_n

29 Janvier 2016: L’agent de Manolo rapporte que son joueur, que dis-je NOTRE joueur, a accepté l’offre de Wolfsburg et qu’il souhaitait quitté Naples mais De Laurentiis a refusé l’offre de 25 millions. MERCI PRESIDENT!

aureliodelaurentiis

Pourquoi faut-il sauver le soldat Manolo? C’est très simple, Manolo Gabbiadini serait sans doute titulaire dans la (quasi?) totalité des équipes de Serie A. Certes, nous ne pouvons reprocher à Sarri le fait de mettre Gabbiadini sur le banc quand on voit les résultats de l’équipe. Cependant, on aurait pu lui reprocher le fait qu’il n’ai pas eu assez confiance en Manolo tout au long de la 1ère partie de saison quand le niveau offensif de Callejon ne dépassait pas le niveau de la mer. Et on peut lui reprocher le fait de ne pas faire entrer Manolo plus souvent. Voilà. Aujourd’hui, Callejon est essentiel au système Sarri, d’autant plus que ces dernières semaines il semble avoir retrouvé un rendement offensif remarquable. On regrettera surement Gabbia une fois parti faire le bonheur d’un autre club, c’est pourquoi pendant qu’il en est encore temps: Il faut sauver le soldat Manolo.

CNuvKBiUEAEsraV

#ForzaNapoliSempre

Empoli – Napoli: L’avant match

Après la  belle  victoire contre la Sampdoria et les deux mauvais résultats des clubs romains, le Napoli peut enchainer à Empoli jeudi soir et confirmer sa très bonne forme du moment. La course à la LDC est relancée et une victoire en terre Toscane permettrait de se rapprocher un peu plus de la Lazio et de la Roma respectivement à 3 et 2 points avant leur match de mercredi. Un résultat positif  serait également  profitable à Benitez en vue d’une possible prolongation qui devient de plus en plus crédible.

 

1-NAPOLI-EMPOLI-MERTENS--FOTOCUOMO-3

 

Avec 3 victoires consécutives et une qualification en demie finale de Ligue Europa, les azzurris doivent enchainer  contre un adversaire largement à leur portée mais qui reste  intraitable sur ses 5  derniers matchs à domicile (3 victoires et 2 matchs nuls).La clé du match reposera dans la solidité défensive de l’équipe  incarnée par le duo Albiol-Britos et surtout dans l’efficacité devant le but affichée par les partenopei lors des derniers matchs (16 buts lors des 5 dernières rencontres toutes compétitions confondues)

Coté Empoli, Maurizio Sarri  composera avec le talentueux  gardien issu de la primavera Luigi Sepe que Aurelio De Laurentis voudrait garder en équipe première la saison prochaine et sur Massimo Maccarone, l’attaquant de 35 ans qui a inscrit son 9ème but le week end dernier.

 

ef5ce2cd40b84b62571a1edc887dd6b7_169_l

 

Pour ce match, Benitez récupère  Maggio, fraichement prolongé et de retour de suspension , mais devra faire sans Strinic, absent à cause d’une entorse à la cheville. En vue du match contre le Milan dimanche et de la demie finale aller d’Europa League jeudi prochain, le coach napolitain devrait faire un peu tourner, 5 changements sont pressentis par rapport au match de la Samp avec le retour d’Inler et de Mertens notamment

Les compositions probables pour ce match:

NAPOLI (4-2-3-1): Andujar; Maggio, Albiol, Britos, Ghoulam, Gargano, Inler; Callejon, Hamsik, Mertens; Higuain.

Empoli  (4-3-1-2): Sepe; Laurini, Rugani, Barba, Hysaj; Vecino, Valdifiori, Croce; Saponara; Maccarone, Pucciarelli

#ForzaNapoliSempre

Napoli – Sampdoria: L’avant match

C’est presque le match le plus important de cette fin de saison, l’affrontement entre deux équipes qui se battent pour une place Européenne. (Même si le Napoli peut directement obtenir une place Européenne via l’Europa League). Seulement 3 points départagent le Napoli et la Sampdoria avant ce match. Cette rencontre s’annonce tendue.

 

Probabili-formazioni-Napoli-Sampdoria

Le Napoli qui ne cesse de gagner depuis les avertissements du président De Laurentiis se prépare à recevoir une Sampdoria en demi teinte puisqu’ils restent sur une série de 3 matchs sans victoire. Mais méfions nous du lion qui dort, rappelons nous du match lors de la phase aller où nous n’avions su prendre qu’un point chez eux (Sans compter que nous n’avions marqué le but égalisateur qu’à la 92ème minute).

 

La Sampdoria pourra compter sur sa cohésion d’équipe et ses talents individuels pour tenter de nous surprendre. Mettons notamment leur armada offensive en exergue: Eto’o, Muriel, Obiang, Eder et même Okaka. Le principal danger parmi toute cette bande reste Eder même si nous devrons être attentif au vieux Eto’o et au talentueux mais relativement discret, Luis Muriel.

 

13_muriel_ferrero_eto_o_96393_immagine_ts673_400

Compositions probables pour ce match:

NAPOLI (4-2-3-1): Andujar; Mesto, Albiol, Britos, Strinic; Gargano, Inler; Callejon, Hamsik, Insigne; Higuain.

SAMPDORIA (4-2-3-1): Viviano; De Silvestri, Silvestre, Romagnoli, Mesbah; Palombo, Obiang; Eder; Soriano, Eto’o; Okaka.

Benitez composera avec ses cadres. Mesto remplacera Maggio qui rappelons le est suspendu pour ce match. Britos (en ballotage avec Koulibaly) devrait prendre place dans le 11 titulaire. Pour le reste c’est du classique même si Gabbiadini (Particulièrement en forme) pourrait remplacer Hamsik et affronter ses anciens coéquipiers dès le coup d’envoi de ce match.

La rencontre sera arbitrée par Daniele Doveri. #ForzanapoliSempre

Napoli – Wolfsburg: L’avant match

C’est encore dans l’euphorie du 1-4 remporté chez les loups que le Napoli reçoit ces mêmes loups de Wolfsburg dans le cadre des quarts de finales retour d’Europa League.

napoli-wolfsburg

Ce match ne devrait-être qu’une formalité pour le Napoli, même si l’équipe d’en face ne lésinera sur les moyens pour tenter de créer l’exploit. Exploit, oui, car si nous suivons les statistiques le Napoli a 100% de chances de se qualifier pour les demis finales. Le sort semble déjà être scellé.

Wolfsburg qui ce week-end n’a su empocher qu’un seul point face à Schalke devrait aussi combiner avec des absent. Et quels absent, les deux maîtres du jeu Kevin De Bruyne et André Schurrle

256F32F400000578-0-image-a-10_1423824219044

Les Napolitains devraient jouer ce match avec déjà en tête la demi-finale (et voire même une potentielle finale). C’est donc un 11 de base remanié qui devrait débuter demain. Rafael (c’est pour dire à quel point la rotation est poussé à son paroxysme) devrait débuter dans les cages. Britos pourrait remplacer Koulibaly dans l’axe (surement pour le préserver physiquement). Henrique remplacera Maggio sur le côté droit vu que ce dernier n’est pas convoqué pour la rencontre (au même stade que De Guzman et Zuniga). Insigne qui reste sur de bonnes performances depuis son retour de blessure va s’installer sur l’aile gauche. Petite surprise, la titularisation (enfin ?!) de Gabbiadini au poste de milieu offensif central. Pour le reste c’est du classique, on veut peut-être offrir du spectacle au peuple Napolitain.

#ForzaNapoliSempre

L’avant-match: Cagliari – Napoli

C’est dans un climat relativement sain que le Napoli se déplace ce dimanche en Sardaigne pour affronter Cagliari. Fort de ses deux dernières victoires que l’on peut qualifier d’écrasante, une en Série A (3/0 face à la Fiorentina) et une en Europa League (1/4 face à Wolfsburg), le Napoli aura à coeur de continuer cette fabuleuse série qui permettrait (peut-être) de sauver la peau de Benitez et d’aussi enlever un bon coup de pression qui pèse sur les joueurs.

Cagliari-Napoli

Favoris pour cette rencontre, le Napoli ne devrait pas avoir de mal à se défaire (Sur le papier) des Sardes qui n’ont plus gagné un seul match depuis presque 3 mois. Mais méfions nous de l’eau qui dort, le déplacement en Sardaigne n’est jamais facile. Gagner là-bas sera difficile, Cagliari n’est pas facilement prenable sur ses terres. De plus, le club menacé par la relégation se doit de gagner le moindre match restant pour tenter de se rassurer même si cela va être compliqué (8 points de retard sur l’Atalanta qui est le premier non-relégable).

Mais rappelons le, impossible n’est pas Zdenek Zeman. L’ancien coach du Napoli (saison 2000), d’abord licencié en décembre dernier pour mauvais résultats il est revenu le mois dernier pour un ultime projet: sauver Cagliari.

mancini_zeman

Preuve que les déplacements en Sardaigne ne sont jamais faciles, sur les 35 derniers Cagliari – Napoli; le Napoli n’a goûté à la victoire que seulement 6 fois, Cagliari 9 fois, et il y a dont eu 20 matchs nuls.

Ariaudo+Lorenzo+Cagliari+Calcio+v+SSC+Napoli+8M5hKYid53ml

Compositions probables:

CAGLIARI (4-3-3): Brkic; Balzano, Rossettini, Diakitè, Avelar; Dessena, Conti, Ekdal; Farias, Sau, Mpoku.

NAPOLI (4-2-3-1): Andujar; Maggio, Albiol, Koulibaly, Strinic; Gargano, Jorginho; Callejon, Gabbiadini, Insigne; Duvan.

Benitez devrait faire souffler quelques cadres de l’équipe. Mais aussi donner du temps de jeu à ceux qui le méritent. Koulibaly prend la place de Britos qui disons le clairement, enchaîne les performances. Jorginho qui n’a pas encore explosé se voit offrir du temps de jeu, Hamsik qui est dans une grande forme cède sa place au méritant Gabbiadini. Insigne devrait faire son retour dans le 11 de base, pour remplacer Mertens qui revient petit à petit dans une bonne forme. Et ensuite, Duvan Zapata qui prend la place d’Higuain qui a beaucoup donné lors des dernières rencontres.

Forza Napoli Sempre

Où t’es Reina où t’es ?

Pepe-Reina_3011081

 

Il nous manque, Pepe Reina, le seul l’unique. Ses sauvetages héroïques, ses joies, son amour pour le club, etc. Enfin bref, tout nous manque chez lui.

On se souvient de lui la saison dernière. Promis à un avenir sur le banc du côté de la Mersey, il a préféré rejoindre le Napoli pour un prêt d’une saison.  Il n’a pas eu du mal à se faire une place dans le groupes, son côté blagueur a facilité son intégration dans le groupe (Son côté Espagnol aussi m’enfin bon..).

tumblr_msezvhG0JW1rlua4vo1_1280

Il s’est rapidement imposé en tant que titulaire. De Sanctis étant partis à Rome, il ne nous restait plus que Rafael (Arrivé dans le même temps) et le bon vieux Roberto Colombo. On le connaissait déjà de part sa belle et longue carrière à Liverpool et c’est donc serein que nous étions lorsqu’il a débuté dans les cages.

Des exploits il en a fait chaque semaine. Nous sauvant au moins 2 balles de but par match.

Jugez vous même de ses exploit:

 

Son plus bel exploit reste peut-être le penalty arrêté face à Balotelli qui rappelons le n’avait alors là jamais raté de pénalty de sa carrière.

milan-sept-23-2013-xinhua-pepe-reina-l-goalkeeper-101005

Cette saison il l’a joué à fond. Se démenant de la première à la dernière seconde de jeu. Il nous sauva des points tout au long de la saison. Nous offrant même un titre, sorte de récompense pour sa magnifique saison.

Nápoles-Fiorentina-3-5-20146

Arrivé en fin de saison, le voilà parti (Retour à Liverpool). On le savait de nouveau sur le départ et nous les supporters pensions à un transfert définitif de Pepe au Napoli. On l’annonçait un temps à Barcelone, son club formateur, mais c’est finalement au Bayern de Munich qu’il est parti. Il voulait rester au Napoli mais comme il l’a si bien fait comprendre dans les médias:  » Ce n’est pas lui qui a décidé. ». Tout laisse à penser que le président De Laurentis, Bigon, Benitez et cie ont préférer miser sur le jeune et talentueux (A l’époque) de Rafael. Le fait que Reina avait un gros salaire a surement aussi pesé dans la balance, même si l’on sait qu’il aurait accepté de réduire son salaire. Tout ça par amour pour le club.

Depuis la Bavière, Pepe n’en oublie pas le Napoli. Tweetant assez souvent au sujet des matchs Napolitains et exprimant sa joie à chaque coup d’éclat de notre équipe.

Sans titre 2

Maintenant nous le regrettons ce bon vieux Reina (Surtout en voyant les compétences de Rafael). Encore plus désolant quand nous savons qu’il n’a pas encore joué avec le Bayern (En compétition officielle néanmoins).

pepe_reina_torwart_fc_bayern_muenchen_20140818_1756800539

Durant le mercato hivernal nous avons pensé pouvoir le rapatrier en terre Napolitaine. Nenni, on garde le trio Rafael-Andujar-Colombo. On le sait pourtant que Pepe veut revenir, tout les journalistes Napolitains le disent:  » Pepe Reina veut revenir au Napoli ».

Si ce n’était pas cette saison alors ce ne sera plus jamais malheureusement. Nous voyons mal Reina revenir la saison prochaine. Il aura alors 33 ans, là n’est pas le problème majeur; ce « problème » plutôt le retour de Luigi Sepe (Prêté par le Napoli à l’Empoli). Fantastique avec les Azzurri de l’Empoli cette saison, Sepe est promis à un avenir de titulaire au Napoli. Et ce déjà pour la saison prochaine. Nous aurons alors là notre trio de gardien composé de Sepe, Rafael et Andujar. Le seul moyen d’espérer un retour de Reina est de voir Rafael ou Andujar partir. Son côté conquérant manque à notre Napoli actuel, sa rage de vaincre, son charisme, ses prises de risque, son côté leader.

Quoi qu’il en soit, nous ne t’oublions pas Pepe ! #ForzaNapoliSempre

 

 

 

L’avant Chievo Verone – Napoli !

Nous nous retrouvons aujourd’hui pour aborder cet avant Chievo – Napoli qui se jouera pour le compte de la 21 journée de Serie A. Chievo-Napoli-diretta Déplacement facile sur le papier, mais il faut tout de fois se méfier de l’eau qui dort. Pas plus loin que cette saison, les Veronesi s’étaient imposés 0/1 chez nous grâce à un but de Maxi Lopez à la 49ème minute mais aussi grâce au gardien, Francesco Bardi, qui a sorti le match de sa vie en arrêtant notamment un pénalty d‘Higuain. Déplacement facile oui, car regardons de plus près la situation actuelle du Chievo: 18ème de Serie A ( relégable mais à 1 point de Cagliari et de l’Empoli ) et la plus mauvaise attaque de Serie A avec un très faible total de 14 buts en 20 matchs. Les Veronesi ne sont pas en reste défensivement puisqu’ils comptabilisent ( seulement ) 24 buts encaissés ( ce qui est mieux que notre Napoli qui lui en a encaissé 25 ). Méfions nous tout de même de leur duo d’attaquants Pellissier-Paloschi qui a marqué 7 buts cette saison ( soit 50% des buts du Chievo cette saison ).Sergio+Pellissier+AC+Chievo+Verona+v+Catania+jwuHxWc1sxhl Les Veronesi restent sur une série de 4 matchs sans victoire. Ils sont facilement prenables à domicile puisqu’ils n’ont remporté qu’un seul match à domicile cette saison ( 9/11/14; Chievo 2 / Cesena 1 ). Revenons sur le dernier Chievo Verone – Napoli: Chievo 2 – Napoli 4 (24′-40′ Pellissier / 13′-64′ Hamsik, 27′ Callejon, 70′ Higuain). Auteur d’un match plein, le Napoli avait su concrétiser son bon début de saison à l’image de notre Capitano, Marek Hamsik, qui avait planté un doublé mais aussi grâce aux buts de nos nouvelles recrues, Higuain et Callejon. Marek+Hamsik+AC+Chievo+Verona+v+SSC+Napoli+IzcETCwO8DWl Les convoqués pour le match demain face au Chievo sont: Rafael, Andujar, Colombo, Maggio, Britos, Albiol, Luperto, Strinic, Jorginho, Inler, Gargano, David Lopez, Callejon, Mertens, De Guzman, Gabbiadini, Hamsik, Duvan, Higuain. Henrique non sélectionné ( sûrement à cause de son départ ), Mesto non sélectionné ( blessure ) et Koulibaly suspendu. On peut apercevoir la sélection du jeune Sebastiano Luperto ( 18 ans ) qui évolue habituellement sous les couleurs de la Primavera. Il avait déjà évolué avec le groupe A lors du stage à Dimaro. Il débutera plus que probablement sur le banc mais pourrait recevoir un peu de temps de jeu si le score le permet. Composition probable du Napoli: 21ChiNap_Formazione Benitez aligne un 11 de base plutôt classique, Britos remplace logiquement Koulibaly en défense centrale, il maintient le duo Gargano-Lopez dans le milieu de terrain, aligne De Guzman sur le côté gauche qui n’est pourtant pas son poste de prédilection. Pour le reste que du classique. Souhaitons la victoire, Avanti Napoli e Forza Napoli Sempre !

La Primavera se prend une leçon de football face à Palerme.

C’est après son gros succès face à la Lazio (1/3) que la Primavera du Napoli recevait Palerme à domicile pour le compte de la 16ème journée du championnat (Groupe C). Contexte particulier puisque Rafa Benitez et Riccardo Bigon ont assisté à cette rencontre qui est considérée comme étant la pire jamais joué par la Primavera cette saison.

C’est dans un schéma classique que Saurini a composé, alignant ainsi la quasi totalité de ses joueurs clés au coup d’envoi du match. Seule ombre au tableau, l’absence de Bifulco sur le côté droit de l’attaque Napolitaine.

(4-3-3): Contini; Girardi, Mangiapia, Luperto, Guardiglio; Prezioso, Palmiero, Romano; Cicerello, Persano, Gaetano

Remplaçants: Gionta, Ferrara, De Simone G., Di Fiore, Frulio, Selva, Esposito, Negro, De Simone F., Lombardi, D’Ignazio.

Dès le coup d’envoi du match nous avons pu voir un Napoli offensif, Prezioso en patron du milieu a bougé les Siciliens dans les 20 premières minutes de jeu en se faufilant et tentant de nombreuses frappes malheureusement arrêtées par le très bon Alastra.

Pour le reste de la mi-temps, le match s’est calmé. De nombreux assauts offensifs des deux côtés, avec notamment un très bon Gaetano qui était sur tout les ballons pour la seconde partie de cette première période.

C’est au coup d’envoi de la seconde période que le navire à coulé, deux buts coup sur coup pour Palerme (47′ Grillo, 48′ La Gumina) ont anéanti les Napolitains. Les latéraux Napolitains sont complices sur les buts Siciliens, Girardi sur le but de Grillo et Mangiapa trop passif au niveau du centre de Bentivegna qui a amené le second but.

primaveranapolipalermo10goalpalermo

Pour ne pas arranger les choses; deux minutes seulement après le second but de Palerme,  Prezioso très nerveux, s’est vu remettre deux cartons jaunes en l’espace d’une minute synonyme de carton rouge.

primaveranapolipalermo18

Le match a ensuite été sans rebondissements. Les deux équipes se sont neutralisées jusqu’à la fin du match sans se créer de réelles occasions.

C’est donc sur le triste score de 0/2 que ce match s’est achevé. Benitez présent au match; avait pour mission de trouver le remplaçants de Radosevic, sur le départ (prêt), pour intégrer le groupe A. Plusieurs noms circulent pour palier au départ du jeune espoir Croate: Prezioso, Romano, Palmiero ou encore Gaetano.

primaveranapolipalermorafabenitez2

Les tops du match:

•Prezioso (qui malgré son carton rouge) a montré de bonnes choses dans le milieu de terrain, confirmant son statut de patron de l’équipe.

•Gaetano qui confirme sa montée en puissance. Étant élu meilleur Napolitain du match.

Les flops du match:

•La défense qui laisse à désirer. Luperto qui avait fait une bonne préparation avec le groupe pro cet été s’est montré timide dans ce match, n’allant pas aux duels et ne s’imposant pas face aux joueurs de Palerme.

©IamNaples.it (photos)